Jean-Claude Mailly : « Il faudrait que le gouvernement revienne sur le plancher des vaches. »

Loi Travail - #FO26avril par Nadia Djabali

Article publié dans le Dossier Loi Travail
Manifestation contre la loi Travail du 26 mai 2016 à Paris. F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0 - flickr.com/force-ouvriere

Le ton monte : voies ferrées investies, autoroutes bloquées ; après les grèves et les blocages chez les routiers, chez les cheminots et dans les raffineries, les centrales nucléaires sont entrées dans la danse. Des milliers de manifestants sont venus gonfler les effectifs des défilés et rassemblements au Havre, Rennes, Rouen, Lyon, Saint-Nazaire, Caen, Périgueux, Montpellier et Marseille. 100 000 personnes ont été décomptées à Paris. Cette huitième journée de mobilisation conserve le même objectif : le retrait de la loi Travail.

Ce jeudi 25 mai, Manuel Valls a évoqué sur RMC-BFM-TV d’éventuelles modifications du projet de loi. Mais il est hors de question pour le Premier ministre de changer la philosophie du texte et de toucher à l’article 2 qui inverse la hiérarchie des normes.

« Le Premier ministre reste toujours droit dans ses bottes, remarque Jean-Claude Mailly. Le texte n’a pas trouvé de majorité à l’Assemblée. Une majorité de syndicats est contre le projet de loi. Une majorité de français est également contre. Pourquoi s’entête-t-il ? Avoir de l’autorité en tant que Premier ministre, c’est normal. Être autoritariste, c’est autre chose. »

Le gouvernement doit lâcher

Le gouvernement chercherait-il l’affrontement ? C’est l’opinion de Lambert, 63 ans, qui attend assis sur un banc la mise en mouvement du cortège FO. « Le problème, c’est qu’avec cette attitude, tout le monde risque de laisser des plumes. »


Manifestation contre la loi Travail du 26 mai 2016 à Saint-Brieuc.

Bras de fer : c’est l’expression choisie par François. « Il y a quelque mois, le gouvernement a commencé à parler du projet de loi mais refusait déjà de négocier avec les syndicats. » Pour cet homme de 47 ans, il faudrait que les Français se mobilisent plus et prennent conscience que ce mouvement défend l’ensemble des droits des salariés. Il note un point positif : d’après les sondages, la population comprend les grèves malgré les pénuries d’essence. « Le gouvernement ferait mieux de lâcher, remarque-t-il. Maintenant il faut de la patience et de la persévérance. »

Le FMI demande plus de réformes

Michèle est une retraitée de 69 ans. Pour cette ancienne responsable nationale syndicale, c’est clair, « Il ne faut pas céder, il faut aller jusqu’au retrait ». Concernant la position radicale du gouvernement, elle n’est pas étonnée et évoque les prises de position du FMI qui cette semaine a demandé à la France d’aller plus loin que la loi Travail en réformant l’assurance chômage.


Manifestation contre la loi Travail du 26 mai 2016 à Paris. F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0 - flickr.com/force-ouvriere

Stéphanie tient la banderole, en tête du cortège FO. Elle souhaite une grève générale réelle. « Il faut bloquer le pays pour que le gouvernement cède ». Elle travaille à La Poste en Seine-et-Marne, pas très loin de la raffinerie de Grandpuits. Avec d’autres militants syndicaux, elle réfléchit à déposer un préavis de grève illimitée jusqu’au retrait du texte.

Manifestation nationale le 14 juin

« Le mouvement continuera tant que le gouvernement restera braqué », prévient Jean-Claude Mailly. Les assemblées générales sont programmées dans de nombreuses entreprises. Une votation sur les lieux de travail se met en place pour que les salariés transmettent le message au gouvernement. Prochaine mobilisation le 14 juin pour une manifestation nationale à Paris. « Manuel Valls ne devrait pas être surpris, conclut le secrétaire général de FO. Il y a plus d’un an je lui ai expliqué que l’inversion de la hiérarchie des normes, était une ligne rouge pour FO. Tant qu’il ne bougera pas sur cette question, FO sera dans le combat. »


Ennery (57).

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Communiqué de presse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL du 14 avril 2016

Dossier Loi Travail

Les confédérations syndicales FO et CGT, les organisations syndicales FSU et Solidaires et d’étudiants et lycéens UNEF, FIDL et UNL, réunies le 14 avril pour faire le point sur la mobilisation contre le projet de loi Travail, ont adopté un nouveau communiqué commun. Elles appellent « mobiliser à nouveau par la grève et à participer massivement aux manifestations le 28 avril prochain. » Elles appellent aussi dès à présent à l’organisation d’assemblées générales dans les entreprises et administrations pour assurer le succès de cette journée et décider de la poursuite de l’action pour obtenir le retrait de la loi et l’obtention de nouveaux droits. Elles indiquent qu’elles « se saisiront du 1er mai, pour donner à cette journée de solidarité internationale, un caractère particulier en pleine mobilisation contre le projet de loi Travail. »

Cheminots : pourquoi la grève ne s’est pas arrêtée

Eclairage par Evelyne Salamero

La grève à la SNCF a été reconduite pour le jeudi 9 juin dans les assemblées générales de cheminots en Ile-de-France et dans de nombreuses régions, à l’appel de FO, de Sud et de la CGT. Le taux de grévistes dépasserait les 50% chez les personnels roulants (conducteurs et contrôleurs). La CFDT prétend avoir obtenu un recul du gouvernement et de la direction de la SNCF. Qu’en est-il ?