Jean-Claude Mailly : « Les députés vont faire un choix historique dans l’histoire des relations sociales »

Emploi et Salaires par Nadia Djabali

Article publié dans le Dossier Loi Travail

L’agenda de la mobilisation contre le projet de loi Travail a pris un sérieux coup d’accélérateur alors que le parlement a débuté l’examen du texte le 3 mai.

<nivoslider5012>

Le 28 avril, 200 cortèges ont battu le pavé dans toute la France. Trois jours, plus tard, le défilé du 1er mai s’est déroulé sous le signe de la mobilisation contre le texte. 281 défilés dans l’hexagone. 70 000 manifestants à Paris, 12 000 à Toulouse, 5 000 à Nantes et à Lyon.

Dernier événement en date : celui du 3 mai, place des Invalides. Les syndicats (FO, CGT, FSU, Solidaires, Unef, Fidl et UNL) ont voulu interpeller les députés. Quelques milliers de personnes se sont donc rassemblées à proximité du palais Bourbon pour faire passer le message. Un peu plus loin : les calicots blancs de la CFE-CGC qui a également organisé un rassemblement sur l’esplanade. En suspension dans l’air : le drone de la préfecture de police qui survole le tout.

Fidélité ou trahison ?

Juste avant la prise de micro des sept secrétaires généraux et porte-paroles des organisations syndicales, une dreamteam de sept musiciens a pris place sur la plateforme du camion podium. Elle entame un premier morceau bien connu du public : l’Internationale version swing agrémenté d’envolées latino.

C’est l’UNL qui ouvre le bal de la prise de parole. Jean-Claude Mailly, lui, clôt les festivités. A la tribune, il rappelle le problème clé de la loi : l’inversion de la hiérarchie des normes qui déstructure complètement la négociation collective. « C’est un principe de la République sociale obtenu en 1936. J’ai cru comprendre qu’aujourd’hui, le gouvernement allait célébrer les 80 ans du Front populaire. On va voir s’il est fidèle au Front populaire ou s’ils trahissent Léon Blum. »

Première lecture jusqu’au 17 mai

Quelques minutes avant son discours, le secrétaire général de FO expliquait aux journalistes que tant que le gouvernement ne bougerait pas sur la hiérarchie des normes, Force ouvrière n’aurait aucune raison de changer de revendications. « Nous sommes toujours sur le retrait. »

Au-delà de cette ligne rouge, d’autres pierres d’achoppements sont également à signaler : les licenciements économiques, la médecine du travail, le referendum en entreprise.

« Les députés vont faire un choix historique dans l’histoire des relations sociales. », poursuit-il. La première lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi Travail devrait se dérouler jusqu’au 17 mai. Et d’ici-là tout peut arriver… Le projet de loi peut encore être modifié par les députés. « Quand je rencontre des députés en province, y compris des députés socialistes qui ne sont pas obligatoirement frondeurs, eux comprennent le contenu de ce projet de loi. Et, lorsqu’on leur explique, ils sont un peu troublés. Donc nous allons continuer notre travail. »

Prochain rendez-vous le 12 mai dans toute la France, pour une nouvelle journée d’actions. Objectif : maintenir la pression sur le gouvernement et interpeller les députés.

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Stop au tsunami libéral

Urgence sociale

Chômage, Pacte de responsabilité, travail le dimanche, salaires en berne, recul de l’âge des retraites complémentais à 63 ans, réforme du code du travail, accord dérogatoires sur les heures supplémentaires, référendum, ... Un véritable tsunami libéral est lancé contre les droits sociaux - FO appelle les salariés à préparer la mobilisation interprofessionnelle

Tous en grève et dans les manifestations le 28 avril

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Le président du Medef se lâche, si tant est que ce n’était pas déjà le cas.
Il menace de ne plus négocier la convention d’Assurance chômage si le gouvernement ne lui donne pas satisfaction sur la loi Travail.
D’ici à ce qu’il défile pour demander le retrait pour des raisons opposées aux nôtres, il n’y a (...)

Riposte contre le projet de loi El Khomri

Emploi et Salaires par FGTA-FO

Communiqué de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des services annexes Force Ouvrière.
Le projet de loi El Khomri qui porte sur la réforme du travail et de l’emploi nous laisse sans voix, mais pas sans réaction.
La FGTA-FO dénonce l’attaque faite (...)

Loi Travail - une semaine déterminante pour la mobilisation

Emploi et Salaires par Yves Veyrier

La grève s’étend cette semaine, dans le secteur pétrolier, alors que les cheminots observeront à nouveau deux jours de grève mercredi et jeudi. Jeudi 26 mai, sera aussi une grande journée de grèves et manifestations à travers tout le pays. Le 19 mai dernier, alors que la journée avait encore conforté la mobilisation après pourtant trois mois d’actions, les confédérations syndicales FO et CGT, et les organisations syndicales FSU, Solidaires et, pour les étudiants et lycéens, UNEF, FIDL et UNL, ont aussi lancé une journée nationale de grève interprofessionnelle et de manifestation à Paris le 14 juin.