Jean-Pierre Glacet succède à Daniel Blondeau dans les Ardennes

Congrès d’UD par Valérie Forgeront

Plus de 200 délégués représentants une quarantaine de syndicats du département se sont réunis le 28 janvier à l’hôtel de ville de Charleville-Mézières pour le XXVIIIe congrès de l’Union départementale FO des Ardennes.

Placé sous la présidence du secrétaire confédéral Didier Porte, le congrès a élu un nouveau secrétaire général, Jean-Pierre Glacet qui était le secrétaire général adjoint de l’UD FO depuis 2009.

Daniel Blondeau qui n’a pas sollicité un nouveau mandat, passe donc le témoin après 12 années à la tête de l’UD soit quatre mandats. Teinté d’émotion, le congrès fut ainsi l’occasion pour les militants de lui rendre un hommage chaleureux.

Le nouveau secrétaire général, Jean-Pierre Glacet compte quant à lui poursuivre le travail de développement de l’UD FO et cela dans un contexte social pour le moins préoccupant dans ce département extrêmement rural.

Les Ardennes affichent un taux de chômage de 12.8%, soit supérieur à la moyenne nationale.

Signe d’une désertification importante de ce territoire de 260 000 habitants, « chaque jour, trois personnes quittent les Ardennes » notamment afin de trouver du travail ailleurs indique Jean-Pierre Glacet.

Les contrats en CDI ne représentent que seulement 13 à 14% des contrats de travail. Les CDD sont essentiellement les contrats de travail recherchés.

Pour Jean-Pierre Glacet, ancien technicien supérieur dans le secteur du développement durable et militant de longue date à la fédération FO de l’Equipement, Environnement, Transports et Services (FEETS-FO) « le département est sinistré ».

L’industrie ardennaise a énormément souffert ces dernières années, particulièrement l’industrie lourde. Beaucoup de fonderies ont ainsi fermé. « Il faut se battre pour l’emploi » souligne-t-il.

Développer l’information juridique pour les salariés

Si PSA basé à Charleville-Mézières est le 1er employeur du département avec 2 000 salariés (le deuxième étant l’hôpital de Charleville), le personnel redoute une diminution « discrète » des effectifs qui étaient encore de 3 000 il n’y a pas si longtemps indique Jean-Pierre Glacet. FO qui est le syndicat majoritaire se bat pour le maintien des emplois.

Même inquiétude pour le site de l’équipement Visteon-Ford employant 700 personnes et où FO occupe la deuxième position syndicale. Le fabricant d’accessoires sanitaires Porchet a quant à lui fermé ses porte en 2013.

Sur le site de l’ex entreprise Elextrolux à Revin, rachetée par le groupe Selni de Nevers, les salariés sont eux toujours sous le coup d’un plan social (PSE) lancé en 2014. Il ne reste que 180 salariés sur 420 salariés. L’entreprise qui fabriquait des machines à laver a abandonné cette activité pour se limiter à la fabrication de moteurs électriques.

FO, majoritaire dans l’entreprise conteste ce PSE actuellement devant la justice.

L’organisation FO qui selon les secteurs professionnels est en deuxième ou troisième position syndicale dans le département a vu progresser le nombre de ses adhérents de 15% en douze ans.

Dans les Ardennes, l’organisation FO travaille à son développement dans les petites et moyennes entreprises employant de 11 à 300 salariés.

Par ailleurs insiste Jean-Pierre Glacet, dans la perspective d’un renforcement de l’organisation dans les Ardennes, l’UD-FO entend mettre l’accent sur l’information juridique délivrée aux salariés. « Désormais il faut être au fait de la législation. Nous voulons développer ce service » souligne t-il.

Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante