Jean-Pierre Laffont, l’envers d’une fin de siècle américaine

Exposition à la Maison européenne de la photographie par  Michel Pourcelot

L’exposition Tumutueuse Amérique, présentée jusqu’au 31 octobre, à la MEP, dévoile la face obscure de l’Amérique de la fin du XXe siècle. Parfait exemple du photojournalisme à la française, Jean-Pierre Laffont, indépendant et curieux, témoigne de quelque trente années de présence sous l’envers du décor de la première puissance mondiale.

Des images belles certes, parfois dures mais sans sensationnalisme ni dérives esthétisantes en vogue. Du cru mais pas cuit d’avance selon les recettes au goût des médias : l’exposition Jean-Pierre Laffont. Tumultueuse Amérique dévoile l’envers du décor du rêve américain. Présentée à la MEP, la Maison européenne de la photographie, à Paris, elle présente un large aperçu du travail de ce photographe indépendant français arrivé aux États-Unis en 1965 pour y couvrir l’actualité dans la plus grande tradition du photojournalisme à la française. Sujet creusé, souvent au plus près pour en capturer l’essence. Jean-Pierre Laffont, aujourd’hui octogénaire et honoré l’an dernier par le Festival du photojournalisme Visa pour l’image, a ainsi couvert outre-Atlantique les personnages de premier plan et découvert ceux de l’arrière-plan, éclairant les exclus des lumières médiatiques, les laissés-pour-compte du grand cirque capitaliste. Pour lui, refusant d’être considéré comme un artiste, qui est journaliste, le sera toute sa vie.


Jean-Pierre Laffont, Tumultueuse Amérique
Jusqu’au 31 octobre 2015, à la Maison européenne de la photographie,
5 rue de Fourcy 75004 Paris 4e
Métro : Saint-Paul
Tarif : 8 euros. Tarif réduit : 4,50 euros (moins de 26 ans, plus de 60 ans, famille nombreuse, étudiant, enseignant, demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA...

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

[Exposition] Figures libres en Bretagne

Culture par  Michel Pourcelot

Keith Haring, Basquiat, Combas, Di Rosa, Speedy Graphito, Futura 2000... Au-delà des années 80, ils ont marqué tout un imaginaire. Ils sont exposés avec une quarantaine d’autres artistes liés au mouvement de la « Figuration Libre » à Landerneau jusqu’au 2 avril.