Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail

Actualités

Chaque 28 avril, la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail porte un focus sur la prévention des accidents et maladies professionnels dans le monde entier.

Célébrée depuis 1996 par le mouvement syndical, c’est en 2003 qu’est instituée cette journée mondiale, dans la logique voulue par l’OIT : encourager à promouvoir une culture préventive de sécurité et de santé afin que les employeurs s’acquittent, dans le cadre d’un dialogue sociale, de leurs obligations et de leurs responsabilités en matière de prévention des décès, des blessures et des maladies survenant sur le lieu de travail, tout en permettant à leurs employés de rentrer chez eux en toute sécurité lorsque leur journée de travail s’achève.

Le 28 avril marque également la Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail. C’est rendre hommage à tous les travailleurs blessés et décédés tout en soulignant la nécessité de prévention et de réduction de ces cas de blessures et de décès

Chaque jour, de nombreux travailleurs meurent des suites d’accidents du travail ou de maladies professionnelles, soit de 2,78 millions de décès par an. En outre, il y a chaque année quelque 374 millions d’accidents du travail non mortels, qui entraînent une absence du travail, selon l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Bienvenue dans le monde du travail - Episode 62

Producteur : Force Ouvrière http://www.force-ouvriere.fr​ Conception, réalisation : Pierre Wolf/SFJ Direction artistique, illustrations et animation 2D : Julie Huguen, studiotricot.com Mixage : Christian Cartier

Sur le même sujet

Retour à l’école à partir du 11 mai ? Interrogations, inquiétudes, colère

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

L’annonce de la réouverture progressive des écoles, lycées et collèges à partir du 11 mai n’en finit pas de provoquer des remous. Parmi les parents, les personnels, mais aussi les médecins et les maires, les réactions vont de l’inquiétude au refus d’obtempérer tant que les conditions d’une protection sanitaire maximale n’auront pas été réunies. Pour la fédération FO de l’Enseignement, cela exige notamment un dépistage généralisé des élèves et des personnels, comme le CHSCT ministériel du 3 avril dernier l’a d’ailleurs confirmé. Elle a décidé de lancer une pétition en ligne pour soutenir sa revendication.