L’accessibilité aux lieux publics reportée par une loi

Handicap par Françoise Lambert, journaliste L’inFO militante

Les lieux publics et les transports publics devaient initialement être rendus accessibles aux personnes handicapées le 1er janvier 2015. C’est ce que stipulait la loi handicap de 2005. Alors que ces délais n’ont pas été respectés, une loi adoptée au creux de l’été vient encore éloigner les échéances.

Quand les lieux publics et les transports seront-ils rendus accessibles aux personnes handicapées ? La loi du 5 août 2015, qui ratifie une ordonnance de septembre 2014, est venue repousser des dates limites non respectées. Les nouveaux délais s’échelonnent de trois ans pour les établissements accueillant moins de 200 personnes, à six ans, voire à neuf ans pour les établissements de plus grande capacité. Quant aux transports, ceux des villes devront être accessibles d’ici à trois ans, les transports interurbains d’ici à six ans et les trains dans un délai de neuf ans.

Colère et incompréhension

Ces reports suscitent la colère et l’incompréhension. « Aujourd’hui la proportion d’établissements recevant du public accessibles aux handicapés est estimée à seulement 40 % », s’indigne Force Ouvrière, qui « revendique une réelle accessibilité en faveur des personnes en situation de handicap ».
La loi du 5 août prévoit par ailleurs une formation à l’accueil et à l’accompagnement des personnes handicapées pour les professionnels en contact avec les usagers et les clients dans les établissements d’une capacité d’accueil de plus de 200 personnes. Elle stipule aussi que « le coût pour les personnes handicapées du transport à la demande, mis en place par une autorité organisatrice de transport, ne peut être supérieur à celui applicable aux autres usagers dans un même périmètre de transport urbain ». Enfin, le service civique sera ouvert aux jeunes handicapés jusqu’à l’âge de trente ans, au lieu de vingt-cinq ans jusque-là.

Sur le même sujet

Le projet de loi avenir professionnel qui arrive à l’Assemblée n’a rien de protecteur selon FO

Emploi et salaires par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Les députés examinent à partir du 11 juin 2018 le projet de loi « avenir professionnel ». Ce texte de 66 articles réforme en profondeur la formation professionnelle, l’Assurance chômage et l’apprentissage. Et pour FO, il n’a rien du caractère protecteur mis en avant par le gouvernement, bien au contraire.

L’égalité femme-homme ? Virée !

Liberation - jeudi 21 mai 2015 | Tribune

Par un groupe de femmes syndicalistes. Nous, femmes syndicalistes, faisons front commun car l’heure est grave : nous sommes en passe d’être dépossédées des outils que nous mobilisons pour lutter contre les inégalités salariales et professionnelles entre les femmes et les hommes en entreprise. Nous le savons, ces dernières stagnent à un niveau très élevé en dépit de l’épais corpus législatif et réglementaire enrichi au fil des décennies.

Menaces sur l’Agefiph !

Communiqué de FO par Anne Baltazar, Mission handicap confédérale

Un document « de travail » rédigé par les services de l’État propose un « scénario » qui conduirait à changer radicalement le système actuel d’accompagnement vers et dans l’emploi des personnes handicapées, opéré depuis plus de 30 ans par l’Agefiph !