Retraite

L’avenir des retraites complémentaires en négociation

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Précédente réunion de négociation Agirc Arrco en mars 2013. © HAMILTON/REA

Organisations syndicales et patronales ont entamé, le 17 février, des discussions qui s’annoncent difficiles. FO refusera toute augmentation, demandée par le patronat, de l’âge de la retraite complémentaire.

Les retraites complémentaires reviennent sous les feux de l’actualité. Confédérations syndicales et organisations patronales, gestionnaires des régimes Arrco et Agirc, ont débuté le 17 février un cycle de négociations sur l’avenir des retraites complémentaires. Une solution doit être trouvée pour faire face à la dégradation de leurs comptes. Les régimes obligatoires de retraite complémentaire sont touchés par une rentrée de cotisations moindre, due à l’augmentation du chômage dans un contexte économique difficile. En 2013, l’Arrco a enregistré un déficit technique - différence entre les ressources et les charges, après transferts financiers - de 3 milliards d’euros, et l’Agirc de 1,44 milliard d’euros. Les réserves financières des régimes pourraient être épuisées en 2018 pour l’Agirc et en 2024 pour l’Arrco.

Relever le taux de cotisation

Le constat n’est pas nouveau et l’accord sur les retraites complémentaires de 2011 prévoyait déjà un rendez-vous des partenaires sociaux en 2014, qui se concrétise aujourd’hui par la négociation qui vient de commencer.

Parmi les options envisagées pour renflouer les régimes figurent le niveau des cotisations, celui des pensions ou encore un recul de l’âge pour bénéficier de la retraite complémentaire. Cette dernière hypothèse a déjà été évoquée par le patronat, proposant un recul progressif jusqu’à 65 ans. Une hypothèse que rejette Force Ouvrière : « Toucher aux bornes d’âge pour les retraites complémentaires, c’est aussi remettre en cause l’âge légal de départ pour la retraite de base », explique Philippe Pihet, Secrétaire confédéral chargé des retraites, qui déplore par ailleurs le fait que « les négociations sur les retraites complémentaires se font de plus en plus sous pression. Notre position consiste à rechercher de la ressource via une hausse des cotisations », ajoute-t-il.

Les partenaires sociaux se sont donné jusqu’au mois de juin pour trouver un accord sur les retraites complémentaires. Ils sont déjà convenus de se retrouver en mars, puis en avril. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément