L’Etat au chevet de la Culture

Revue de presse par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

Le premier ministre et la ministre de la culture lors d’une reunion avec les acteurs du spectacle vivant au ministere de la Culture
Nicolas Messyasz/POOL/REA

Dans le grand plan de relance annoncé par le gouvernement, 2 milliards seraient alloués au secteur de la Culture particulièrement sinistré par les mesures d’hier, le confinement, et d’aujourd’hui. Aperçu dans la presse.

Les Échos
De l’argent frais, mais pour qui ? La bonne nouvelle du point de vue des professionnels, c’est que ces 2 milliards sont bien de l’argent frais. Ils n’incluent ni le milliard d’euros que coûtera à l’État l’année blanche des intermittents, ni le coût du chômage partiel, des exonérations de charges, etc. En revanche, l’enveloppe est pour tous les secteurs culturels et non pas pour le seul spectacle vivant, le plus touché par la crise sanitaire, en particulier dans le secteur privé qui ne dispose pas de l’amortissement partiel lié aux subventions. Et de préciser : Le spectacle vivant privé réclame un plan d’aide de 300 millions pour combler les pertes de 2020 et permettre d’amorcer la reprise en vue de 2021.

Sud-Ouest
Le quotidien régional précise les demandes : Il s’agit de 200 millions pour le spectacle vivant public, répartis entre grands opérateurs comme l’Opéra de Paris, la Comédie-Française et les organismes en région, et de 220 millions pour le théâtre privé, a indiqué Nicolas Dubourg, président du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles). De son côté, la ministre de la culture, qui n’avait pas confirmé officiellement ces chiffres après la réunion, a évoqué, hier soir [27 août], sur Twitter, une aide de 432 millions d’euros. Jean Castex a également annoncé la création d’un nouveau mécanisme de compensation pour encourager la reprise d’activité des exploitants de salles de spectacle. Une provision de 100 millions d’euros permettra d’assurer son financement dès septembre a-t-il dit. Les représentants du secteur se sont félicités des sommes allouées, même s’ils s’inquiètent toujours du maintien d’une jauge réduite en zone rouge, comme en Île-de-France.

AFP
En effet, le retour aux salles de spectacles ne sera pas vraiment facile : Outre l’aide, le Premier ministre a précisé la principale règle qui marquera la rentrée culturelle : « le masque obligatoire » dans les salles. Une obligation qui viendrait remplacer en quelque sorte la distanciation physique dans les salles, décriée par le milieu du spectacle vivant. Mais dans les zones de circulation virale (comme en région parisienne), il y aura le cumul des deux, masque et distanciation physique, a précisé M. Castex, une précision avancée également par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot dans un tweet. Bon courage !

Le Parisien
Il faut aller au théâtre, au cinéma, il faut soutenir le secteur culturel, plaide-t-il [le Premier ministre]. Mais avec le retour de la pandémie, il faudrait être vigilant : Il ne sera plus possible à l’autorité préfectorale de déroger à la jauge maximale de 5000 personnes dans les départements rouges, c’est-à-dire où il y a une forte circulation virale, annonce Jean Castex. Il y a quelques jours, le cas du Puy du Fou qui a pu accueillir jusqu’à 9000 personnes avait fait polémique. Le chef du gouvernement évoque aussi le fait qu’on pourrait encore abaisser cette jauge, et même interdire des spectateurs dans les stades ou lieux de spectacle.

Sur le même sujet

Communiqué intersyndical du 16 mars 2020

Communiqué intersyndical

Face à la crise sanitaire mondiale obligeant chacune et chacun à respecter les consignes de protection pour contenir la propagation du virus, nos organisations syndicales et de jeunesse ont décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre les actions programmées.