L’État doit garantir l’emploi et l’avenir de tous les salariés d’Ecomouv’

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

Mobilisation nationale des transporteurs routiers contre l’écotaxe. © Fred MARVAUX / REA

La situation des 210 salariés de la société Ecomouv’ résulte des décisions successives des différents gouvernements depuis 2010 et des votes du parlement. Ils sont aujourd’hui les victimes de décisions incohérentes et parfois contradictoires prises après une création d’origine totalement inacceptable.

Force Ouvrière rappelle qu’elle est opposée au principe de l’Ecotaxe depuis son origine et qu’elle a combattue, et combat, le fait qu’une entreprise privée puisse prélever l’impôt (qui doit rester recouvré par l’État).

Ces salariés se mobilisent actuellement. Les représentants du personnel doivent être reçus au ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie le 13 novembre.

Force Ouvrière considère que c’est à l’État d’assurer l’avenir de ces salariés et de leur garantir un emploi.

Force Ouvrière dénonce la démagogie de certains élus locaux qui instrumentalisent la situation, en demandant « à titre expérimental » la gestion régionale d’une « taxe poids lourds », pour légitimer la réforme territoriale en cours. Sur ce point aussi, l’État doit être clair et refuser ces propositions que Force Ouvrière dénonce et combat.

Enfin, les engagements du gouvernement envers les 130 agents du service des douanes (STPL) implanté à Metz doivent être tenus et mis en œuvre immédiatement.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Etat d’urgence : réaction FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Sans mésestimer la gravité de la situation sanitaire et l’urgence à y faire face, FO s’inquiète que le recours à l’état d’urgence devienne récurrent.

Retour de l’Etat d’urgence

Communiqué de FO par Yves Veyrier

L’état d’urgence sanitaire donne à nouveau tout pouvoir au gouvernement pour restreindre de façon stricte la circulation, les réunions de tous ordres. La limitation des libertés individuelles et collectives conduit de fait à entraver sérieusement l’action syndicale, pourtant essentielle tant pour la santé des travailleurs que l’emploi et le pouvoir d’achat.