FO Hebdo n°3242 du 17 mai 2017 - FO Hebdo

L’État jugé responsable des lenteurs de la justice prud’homale

Recommander cette page

Le conseil de prud’hommes est compétent pour régler un conflit entre un salarié et son employeur. © Jean-Claude MOSCHETTI / REA

Réparation - Un tribunal indemnise 84 salariés, soutenus par FO, qui avaient attendu 30 mois la décision les concernant.
Élargissement - Les syndicats s’étaient joints à l’action pour dénoncer le manque de moyens alloués aux conseils de prud’hommes.
Renouvellement - Les nouveaux conseillers commenceront leur mandat le 1er janvier 2018. FO en comptera un peu plus de 1 150.

Editorial, par Jean-Claude Mailly
- Nous ne faisons pas de procès d’intention, mais nous serons particulièrement attentifs et exigeants

Événement 2-3
- Lenteur des prud’hommes : salariés et syndicats gagnent contre l’État à Marseille
- Renouvellement des conseillers : le processus s’accélère

Actualité 4-5
- À Sète, les marins de Jifmar mobilisés pour leurs droits
- Magistrats : FO est désormais représentative
- Accueil des migrants : les agents marseillais demandent des moyens
- Ordonnance : un dispositif de plus en plus utilisé
- États-Unis : l’ascenseur social en panne

Idées 6
- Retour à l’emploi : l’aide financière à la mobilité est déterminante

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Du talc à l’amiante

Entre militants 8
- Portrait - Assistant parlementaire certes, syndicaliste aussi

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

12 décembre 1943

Appel à la classe ouvrière de la CGT clandestine
La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez (...)

La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez à entrer catégoriquement dans l’action. Les moyens d’obtenir satisfaction sont entre vos mains et dans votre volonté. Les grèves restent l’arme ultime à employer pour imposer votre dû. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. C’est sauvegarder les familles françaises ». En terminant, la CGT invite les travailleurs aux combats contre la déportation arbitraire et à s’unir dans les syndicats pour leur libération.