Consommation

L’étiquette énergétique des produits électroménagers

, AFOC

Recommander cette page

Pour préparer leurs achats, les consommateurs doivent avoir accès à une information fiable et détaillée sur les performances énergétiques des produits électriques.

L’AFOC vous aide à déchiffrer les symboles présents sur une étiquette énergétique et vous conseille sur les bons réflexes à avoir lors de l’acquisition d’un appareil électrique.

Une aide à l’achat

En apportant une information sur la consommation énergétique des appareils, cette étiquette permet aux consommateurs d’orienter leur décision d’achat vers un produit consommant moins d’énergie pendant son utilisation. Ainsi, l’étiquetage énergétique est profitable pour l’environnement comme pour le budget des consommateurs.

Plusieurs catégories d’appareils ménagers sont soumises à l’obligation d’étiquetage énergétique, notamment : appareil de réfrigération, aspirateur, climatiseur, four et hotte, lampe et luminaire, lave-linge, lave-vaisselle, sèche-linge ou téléviseur.

Cet étiquetage, quelle que soit la catégorie de produit, doit comporter outre le nom du fournisseur ou la marque du produit et la référence du modèle établie par le fournisseur, la classe d’efficacité énergétique et la consommation d’énergie annuelle.

En fonction de la catégorie du produit, des informations complémentaires doivent figurer sur l’étiquette : consommation annuelle d’eau (lave-linge, lave-vaisselle), émissions acoustiques (appareil de réfrigération, lave-linge), émissions de poussière, performances de nettoyage (aspirateur), diagonale de l’écran (téléviseur).

Une classification selon la performance énergétique

Une échelle de couleurs (de vert foncé à rouge) et une classification (A+++ à G) apposées sur l’étiquette offrent aux consommateurs la possibilité de comparer les performances notamment énergétiques des produits et facilitent ainsi leurs choix.

Particulièrement pour les produits énergivores (appareil de réfrigération ou sèche-linge) qui sont utilisés en permanence ou très fréquemment, si le prix d’achat reste un critère de choix essentiel, la performance énergétique doit également être prise en compte.

Par exemple, un sèche-linge classé A++ consomme 50 % d’électricité de moins qu’un appareil classé A+ - Source : Agence de l’environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME– Comprendre la règlementation - Achats – pour bien choisir, les étiquettes environnementales-Septembre 2015). Un produit plus cher à l’achat peut se révéler plus économique lors de son utilisation qu’un appareil au prix moins élevé et moins bien classé.

Les obligations des professionnels

La règlementation impose aux fabricants et aux distributeurs de ces produits de fournir aux consommateurs une information exacte, pertinente et comparable sur les performances des appareils électriques concernés.

Ce descriptif, qui se présente sous la forme d’une étiquette et d’une fiche-produit, concerne aussi bien les produits vendus en boutique que ceux vendus sur les sites de vente sur internet.

Où trouver l’information ?

En boutique, l’étiquette énergétique doit être apposée sur tout appareil proposé à la vente par les distributeurs selon les modalités fixées par les dispositions réglementaires applicables au produit concerné. Une fiche-produit élaborée par le fabricant comportant des informations complètes sur les performances des appareils, doit par ailleurs être incluse dans toute brochure relative à l’appareil ou dans les autres documents fournis avec le produit au moment de sa vente au consommateur.

Sur les sites de vente en ligne, l’obligation des professionnels est la même. La fiche doit apparaitre sur la page d’affichage du produit à proximité du prix ou, dans le cas où les informations figurent sur une autre page (affichage imbriqué), le lien utilisé pour accéder à la fiche doit indiquer « Fiche-produit » de manière claire et lisible.

Le contrôle de l’Administration

En 2016, 11 catégories de produits, les plus couramment achetés par les consommateurs et soumis à la réglementation relative à l’étiquetage énergétique, ont fait l’objet de contrôles afin de vérifier la présence et la conformité de leur étiquetage. Fabricants, importateurs ou distributeurs (y compris les sites de vente en ligne) ont été concernés.

D’après les contrôles effectués, les exigences règlementaires sont moins bien connues par les sites de vente en ligne que par les magasins.

Le taux d’anomalies concernant l’étiquetage énergétique reste élevé (21 %) et quasi équivalent à celui relevé en 2015. Pour 18 % des appareils contrôlés, l’étiquette était absente ou non conforme.

La fiche-produit (qui doit accompagner l’appareil) fait aussi parfois défaut. Les irrégularités (en particulier dans les magasins de détail) résultent souvent d’une méconnaissance de la réglementation par certains professionnels, de problèmes d’organisation ou dans certains cas, de la difficulté pour les distributeurs d’obtenir une étiquette et/ou une fiche-produit conformes de la part de leurs fournisseurs.

Voir en ligne : AFOC - Site internet

A propos de cet article

Sur l’auteur

AFOC

Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC
141 Avenue du Maine - 75014 Paris
Tél : 01 40 52 85 85
Mél : afoc@afoc.net

Site internet : http://afoc.net/

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Bienvenue Dans Le Monde Du Travail - Episode 20

Comment FO agit pour le logement