L’Europe ne reconnaît pas ses héros !

Fédération FO-SPSS par Services publics et de Santé

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

Au travers de différents rapports rendus il y a quelques jours, la Commission européenne a mis en cause les augmentations salariales des personnels travaillant dans les établissements sanitaires et Ehpad en France et en Belgique, sous prétexte qu’elles augmentaient la dette publique de ces pays.

Pour la Fédération FO des personnels des Services Publics et de Santé, les avis de la Commission européenne sont inadmissibles, scandaleux et dangereux. Ils mettent à mal le dialogue social entre les organisations syndicales et les employeurs ou l’État qui ont permis un rattrapage des salaires vis-à-vis des autres pays européens, et ceci, après des années de mobilisations et de grèves.

Pour FO, la position idéologique de la Commission européenne s’apparente clairement à de l’ingérence sur les gouvernances française et belge et la Fédération s’interroge sur ces attaques qui fragilisent le principe de subsidiarité prévalant dans l’Union Européenne où les politiques salariales restent encore du ressort de chaque État membre ! De plus, la Fédération FO-SPS s’étonne que seules la France et la Belgique soient ciblées.

La Fédération FO-SPS rappelle, puisqu’il le faut à nouveau, que le travail et l’abnégation des personnels des établissements sanitaires et médico-sociaux au quotidien, et plus encore durant les vagues successives de pandémie, justifient très légitiment ces augmentations. Au contraire de la Commission européenne, la Fédération FO-SPS se félicite des accords de rémunération et de carrière du Ségur de la santé et continue à se battre pour l’extension de sa mesure socle pour les agents des autres services sociaux et médico-sociaux.

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet

0,8%

Le chiffre de la semaine

La croissance dans la zone euro ne devrait pas dépasser ce niveau cette année et se limiter à 1,1 % en 2015, selon la Commission européenne qui a revu à la baisse les prévisions qu’elle avait faites en mai dernier (1,2 % pour 2014 et 1,7 % pour (...)