L’hôpital public face au coronavirus

Revue de presse par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

© Ian HANNING/REA

L’épidémie ne fait que révéler encore plus la grande difficulté des services publics hospitaliers. Le virus montre la nécessité que les pouvoirs publics se portent d’urgence au chevet des hôpitaux et leur apportent des moyens financiers et en personnels à la hauteur des besoins indispensables pour soigner les populations, pendant cette crise sanitaire mais aussi, en temps « normal ». Aperçu dans la presse.

Le Monde
Le quotidien du soir tire un sombre bilan : « À Crépy-en-Valois, "la situation m’inspire la plus grande inquiétude", nous confie Philippe Marini, le maire (LR) de Compiègne. "Ce qui se passe au sein de l’hôpital gériatrique de Crépy est abominable"... Face à la propagation du coronavirus, les professionnels attendent des messages clairs des pouvoirs publics pour proposer des réponses graduées selon le nombre dans un Ehpad et les capacités d’accueil des hôpitaux ». Et d’ajouter : « En prévision de l’afflux de patients, les hôpitaux ont renoncé à isoler les soignants qui auraient été en contact avec des malades du Covid-19. Les 70 soignants mis en quarantaine la semaine dernière sont ainsi revenus travailler »… « Mardi 3 mars, au petit matin, un agent expérimenté du CHU de Nantes (Loire-Atlantique) a rédigé une note décrivant les couacs constatés durant sa garde face à la menace de propagation du coronavirus. Ces observations, dont Le Monde a pris connaissance, font froid dans le dos ».

Le Parisien
Même son de cloche alarmant, mais pourtant terriblement réaliste : « Du côté d’Assistance publique Hôpitaux de Paris, on assure être capable de gagner en puissance dans les services d’infectiologie. Au niveau national, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a indiqué hier que l’Hexagone "disposait de 5 000 lits en réanimation", et a souligné la "souplesse française" permettant d’adapter l’offre de lits en fonction des territoires.

"La préparation hospitalière est le cœur du sujet. Nous ne sommes pas dans le même schéma que lors de la canicule de 2003, avec une improvisation dramatique et 15 000 morts. Les choses ont changé mais il y a toujours un risque de saturation, en équipements, en lits, en personnels soignants épuisés. C’est un exercice périlleux", prévient l’historien de la santé Patrick Zylberman ».

L’Humanité
En prime, faudrait-il que les hôpitaux aient suffisamment de médicaments : « Mais c’est dans l’industrie pharmaceutique que les conséquences de l’interruption des chaînes de production pourraient prendre la dimension la plus dramatique. Les principes actifs de quelque 80 à 85% des médicaments vendus en France et en Europe sont en effet produits en Chine ».

D’où l’appel du Secrétariat fédéral de FO-SPS du 10 mars dernier : « FO-SPS tire la sonnette d’alarme car c’est peut-être l’épuisement professionnel des agents qui aura raison de l’Hôpital public et non le coronavirus. La crise ne sera finalement qu’un révélateur s’il en fallait un, de l’état de déliquescence de nos hôpitaux ».

Sur le même sujet