L’InFO des CSE n°34

Mars 2021 par Karen Gournay, Secteur Comité social et économique (CSE), Comité de groupe et Comité d’entreprise européen (CEE)

Éditorial par Karen Gournay, Secrétaire confédérale du Secteur de la Négociation collective et des Rémunérations

Qu’on le veuille ou non, nous n’apercevons pas l’issue de la crise sanitaire, sociale et économique que nous traversons. Et bien que nous préférerions reprendre nos vies là où nous les avons laissées il y a déjà plus d’un an et, du même coup, vous adresser un numéro de l’inFO des CSE au sein duquel la Covid-19 ne serait qu’un lointain souvenir, il n’en est rien.

Plutôt que de chercher à tout prix à déconnecter notre publication de la réalité qui est la vôtre, nous nous sommes attachés, comme à notre habitude, à traiter de sujets susceptibles de vous aider à affronter cette réalité.

Ainsi, au travers de ce numéro 34 de l’inFO des CSE, nous vous inviterons à imaginer les nouvelles ASC de demain, c’est-à-dire à adapter ou remplacer les ASC existantes auxquelles la situation sanitaire ne permet plus d’accéder.

Ce sera l’occasion pour nos experts partenaires de vous rappeler que leur gestion comporte des risques non négligeables et que gonfler le budget que vous y consacrez via le mécanisme du transfert de reliquat budgétaire instauré par les ordonnances Macron est loin d’être une bonne idée.

Dans le cadre de notre rubrique des secteurs, le Secteur de l’Égalité et du Développement durable vous renseignera sur la façon dont le projet de loi sur le climat prévoit d’intégrer les questions environnementales dans le champ de compétences du CSE.

Et, pour finir, nous procéderons au décryptage du surprenant et contestable arrêt de principe, rendu par la Cour de cassation le 25 novembre 2020, par lequel les Hauts magistrats ont décidé de restreindre l’exigence de parité aux seules listes syndicales !

Vous en souhaitant une bonne lecture,

Amitiés syndicalistes.

Si vous souhaitez recevoir L’inFO des CSE par mail tous les trimestres, écrivez-nous à l’adresse suivante : secretariatnego@force-ouvriere.fr afin que nous vous ajoutions à la liste de diffusion.

 

 

 Voir en ligne  : BDES - La base de données économique et sociales en pratique !

Sur le même sujet

Premier Salon des Comités d’entreprise Force Ouvrière

Economie par Clarisse Josselin

Le premier Salon des comités d’entreprise FO, qui succède à l’ancienne Journée des CE, s’est tenu le 7 novembre à Paris. Près de 300 élus ont participé à cet événement marqué par la réforme du droit du travail et la fusion à venir des instances représentatives du personnel.

Impacts des nouveaux textes sur le régime juridique du Comité social et économique

Les dossiers CE par Karen Gournay, Secteur Comité social et économique (CSE), Comité de groupe et Comité d’entreprise européen (CEE)

Avec l’ordonnance n°2017-1386 du 22 septembre 2017, le paysage des instances représentatives du personnel (IRP) a été profondément bouleversé, compte tenu de la disparition prochaine des instances actuelles que sont le comité d’entreprise, les délégués du personnel et le CHSCT, au profit du comité social et économique (CSE).

Chronique d’une mort annoncée des activités sociales et culturelles (ASC)

Communiqué de FO par Karen Gournay

Les activités sociales et culturelles (ASC), mises en place par les élus du comité d’entreprise (ou du CSE), ne sont ni dénuées d’intérêt ni superflues. Pour bon nombre de familles, elles permettent − et non pas simplement facilitent − l’exercice d’une pratique sportive, l’accès à une activité culturelle ainsi que le départ en vacances.

Budget des CSE et activités sociales : FO déplore l’absence de consultation

Communiqué de FO par Karen Gournay

Dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, les députés ont adopté un amendement ouvrant « la possibilité aux CSE d’allouer une partie de leur budget de fonctionnement, ne pouvant excéder à la moitié, au financement des ASC (activités sociales et culturelles) au bénéfice des salariés et de leurs familles » jusqu’à l’expiration d’un délai de six mois à compter de la date de cessation de l’état d’urgence sanitaire.