Congrès d’UD

L’union départementale FO des Alpes de Haute-Provence affirme sa combativité

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Devant plus de 200 militants, le XXIVe congrès de l’Union Départementales de Alpes de Haute–Provence s’est tenu le 14 avril dernier à Digne-les-Bains en présence du Secrétaire confédéral Pascal Pavageau. Revendiquant un état d’esprit plus combatif que jamais, Stéphane Gravelle, le Secrétaire général de l’UD reconduit est revenu dans son rapport d’activité sur le contexte départemental particulier : « Surpopulation, saturation, pollution et insécurité d’un côté, désertification et sous-équipement de l’autre, c’est dans ce contexte régional aberrant que notre département tente de survivre aujourd’hui. »

En effet, d’une part la population de la capitale du département, Digne-les-Bains a perdu des habitants. D’autre part le sud des Alpes de Haute-Provence, souvent jugé plus dynamique avec Manosque ou le centre de recherche de Cadarache, connaît aujourd’hui le taux de chômage le plus élevé du département. Selon la Dirrecte, l’emploi a reculé de 6% entre 2010 (28 000 emplois) et 2014 (26 400) et le niveau du chômage dans le département est désormais de 2 points supérieur à la moyenne nationale (12%). Le secteur du bâtiment marque aussi le pas, la baisse du chiffre d’affaires en 2014 a atteint 10% après une année 2013 qui était déjà négative.

La réunion des Conseils Syndicaux, réunissant deux fois par an l’ensemble des représentants de sections et de syndicats, s’est avérée une expérience réussie. Ils ont permis de recréer du lien entre des structures parfois éloignées géographiquement mais également de point d’étape entre les congrès.

Dans ce contexte difficile, la progression de FO lors de nombreux scrutins est à souligner. FO est ainsi passée seconde force à la MSA, obtenu 37% des suffrages exprimés à Sanofi Sisteron en 2013. Le syndicat a obtenu 49,14% des suffrages à l’Occitane, parfumeur à Manosque, où il est devenu première force, pour sa deuxième participation. La progression de la représentativité de FO est particulièrement notable dans le secteur privé industriel.

Quelques jours après la grève et les manifestations du 9 avril, les militants ont réaffirmé leur combativité dans ce département, dont les territoires et les petites villes subissent de plein fouet les conséquences des politiques nationales d’austérité. « Chiffres à l’appui », Stéphane Gravelle a rappelé « combien les combats locaux ne sont pas déconnectés des enjeux nationaux » et mobilisé les militants pour continuer et amplifier le développement de l’Union départementale.