L’Union Générale des Travailleurs d’Espagne soutient la grève pour les retraites

Actualités par Marjorie Alexandre, Yves Veyrier

AFP7/ZUMA/REA

Madrid, le 3 Décembre 2019

Au nom de mon Secrétaire Général, Pepe Álvarez, et l’ensemble de l’Union Générale des Travailleurs d’Espagne je vous transmets notre appui solidaire et fraternel pour vous souhaiter le plus grands des succès lors de la journée de grève intersectorielle que vous avez convoqué pour le jeudi 5 décembre.

Les régimes de retraite doivent permettre, dans toute l’Europe, une garantie pour les travailleurs de conserver les acquis sociaux qui ont étés conquis de hautes luttes par tout le mouvement syndical, c’est pourquoi nous saluons votre convocation et espérons que votre gouvernement saura écouter la voix des travailleurs.

Nous somme à vos côtés, fraternellement,

Jesús Gallego
Secrétaire de la Politique International UGT

Marjorie Alexandre Secrétaire confédérale au Secteur International, Europe et Migrations

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Contribution au fonds de solidarité de grève confédéral

Soutien par Patrick Privat

Depuis le 5 décembre dernier, la mobilisation est engagée contre le projet du gouvernement de régime unique de retraites par points. Nous en sommes désormais à plus d’un mois de grève. Pour nos camarades engagés dans le conflit depuis le début, la situation financière est difficile.

31 mars : journée nationale de grève

Communiqué intersyndical

Des manifestations, actions, sans précédent ont eu lieu ce 8 mars journée internationale des droits des femmes. Elles ont exprimé le refus des violences faites aux femmes. Elles marquent la détermination à exiger l’égalité et cette année tout particulièrement à faire tomber ce système de retraite par point qui pénalisera particulièrement les femmes.

Déclaration de la Commission exécutive du 28 novembre 2019

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La Commission exécutive confédérale FO réaffirme son opposition au « système universel par points », qui conduirait en réalité à un régime unique gouverné par l’État en fonction des contraintes budgétaires et financières aboutissant à contraindre demain à « devoir travailler plus longtemps » ou à subir la baisse des pensions.