L’urgence d’un plan industriel pour sauver TIM !

Emploi et Salaires par Métaux

Communiqué de FO Métaux

Les 500 salariés de la société TIM à Bergues subissent actuellement l’absence d’investissements et de mise en place d’un réel plan industriel et organisationnel par le groupe allemand Friztemeier. Celui-ci a véritablement gâché les opportunités de positionner sa filiale française de Bergues comme une entreprise compétitive sur le marché de la cabine d’engins de chantiers et agricoles, avec des clients phares comme Caterpillar, CNH, Terex, JCB, Bobcat, Manitou.

Le manque de réaction, ou pire encore, l’absence de réponses aux sollicitations des représentants du personnel FO qui ont tiré régulièrement la sonnette d’alarme face à la perte de chiffre d’affaires progressive, passant de 176 millions d’euros en 2012 à 125 millions en 2014, à une prévision pour 2017 de 50 millions démontre le manque d’intérêt du groupe. En 2016 sa seule réaction fût de déclencher un PSE pour supprimer 123 emplois, sans aucune autre mesure pour inscrire TIM dans une logique industrielle avec un maintien de ses activités.

Le groupe Fritzmeier et son P-DG ont lâché leur filiale française, en abandonnant la direction locale de TIM et ses 500 salariés.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Salaires : 2 500 manifestants devant le groupe Safran pour les salaires

Emploi et Salaires

Près de 10 000 grévistes pour le groupe, 2 000 manifestants à Paris et 500 à Toulouse, les salariés de Safran se mobilisent, dans le cadre des NAO, pour de vraies augmentations de salaires. Sans concertation, le groupe ne propose qu’un mix d’augmentations de salaires et d’améliorations de (...)

C’est un plan de licenciement permanent chez Vivarte

Commerce par Employés et Cadres

FO Commerce n’est pas satisfaite d’avoir eu raison, seule, en ne signant aucun PSE et en retirant la signature sur celui de la Halle aux vêtements, en 2015. Ces décisions portaient sur le fait que ce n’est pas aux organisations syndicales de gérer la misère imposée par le patronat et que ce plan de destruction d’emplois, à grande ampleur, ne serait pas à son dernier acte.