La capacité d’études et de recherches de FO dans le cadre de l’IRES

Ires

L’IRES soutient l’effort de recherche de chaque organisation syndicale, en finançant trois à quatre études par an, dont elles ont la responsabilité dans le cadre d’un programme annuel appelé « Agence d’objectifs ».

L’IRES soutient l’effort de recherche de chaque organisation syndicale, en finançant trois à quatre études par an, dont elles ont la responsabilité dans le cadre d’un programme annuel appelé « Agence d’objectifs ». Ces dernières années,
notre Organisation a été à l’initiative de plusieurs études importantes réalisées par des chercheurs sur des questions d’actualité immédiates ou de prospective, les plus récentes étant consultables sur le site de l’IRES.

La capacité d’études et de recherches de FO dans le cadre de l’IRES est aussi un atout essentiel en matière de réflexion prospective. La confédération est régulièrement sollicitée, tant en externe qu’en interne, sur les questions liées à l’évolution du travail, à son avenir face à l’automatisation et à la robotisation, ou encore aux transitions à
venir liées aux conséquences des dérèglements climatiques.

Les résultats de ces études et recherches alimentent la réflexion de FO pour l’élaboration de ses analyses économiques et sociales dans le cadre des débats sur ses revendications, son organisation ou encore
ses actions de développement. En effet, dans le rôle qui est le sien, Force Ouvrière a constamment besoin d’éléments concrets pour fonder ses revendications et mener à bien ses actions mais aussi pour se projeter
à plus long terme de manière prospective pour connaître les tendances lourdes, anticiper les différents scénarios d’évolutions et alimenter ainsi la réflexion sur de nouvelles revendications.

Tous les articles de la campagne

Les cadres et l’engagement syndical

L’Ires, un institut de recherches au service des organisations syndicales par Union des Cadres et Ingénieurs

C’est le sujet qu’aborde une étude « les cadres et l’engagement syndical » pilotée par FO-Cadres en collaboration avec Dominique Glaymann, sociologue Centre Pierre Naville et Raymond Pronier, consultant.