La CGT casse la convention collective de la métallurgie du Jura : FO s’insurge

Communiqué de FO Métaux par Métaux

La Fédération FO de la Métallurgie et l’Union des Syndicats de la Métallurgie FO du département du Jura s’étonnent que la CGT s’oppose, le 23 mars, à la mise en oeuvre de la nouvelle convention collective des industries métallurgiques, mécaniques, similaires et connexes du Jura signée le 10 mars par FO, la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC et l’UIMM. En exerçant son droit d’opposition, la CGT démontre la limite de la représentativité qui, par intérêt d’appareil syndical au détriment de la défense des intérêts des salariés de ce département, prend le risque de ne pas pouvoir faire appliquer les garanties obtenues pour les salariés après pourtant une année âpre de négociations.

La Fédération FO de la Métallurgie et l’Union des Syndicats de la Métallurgie FO du département du Jura rappellent que la nouvelle convention collective départementale du Jura, telle qu’elle avait été négociée, apportait de réelles avancées pour les métallurgistes du département.

FO Métaux avait pris ses responsabilités pour apporter de nombreuses garanties dont l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés concernés qui, dans un contexte économique difficile et une inflation basse permettait d’augmenter les différents éléments salariaux.

A titre d’exemple, voilà ce qu’apportait cette nouvelle convention :

1. Une prime de panier de jour, le montant est en discussion à ce jour (au mini 2,50 €) ; cette prime se rajoutait à la prime de panier de nuit (6,64 €). Donc, les salariés travaillant en 3x8 allaient toucher les 2 primes et pour les autres, c’était une avancée salariale sans précédent.

2. Un régime de prévoyance complémentaire pour tous les métallos du Jura.

3. Des congés pour événements familiaux supplémentaires.

Les métallos du département du Jura, avec le droit d’opposition de la CGT ne verront donc pas les nouvelles garanties s’appliquer. De plus, et ce qui paraît incroyable dans le courrier expliquant son recours, la CGT fait référence à la convention collective de 1994 dont la CGT n’est pas signataire. Il est toujours facile de critiquer et de contester des garanties dont la CGT n’est pas à l’origine.

Pour FO Métaux, les salariés du département ne seront pas dupes et sauront, à l’avenir, pour les élections professionnelles dans les entreprises du département, se souvenir du jusqu’au-boutisme de la CGT.

 Voir en ligne  : FO Métaux

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Delphi France : Fermeture du site de Périgny en 2016

Communiqué de FO Métaux par Métaux

La Direction de l’équipementier automobile Delphi France a annoncé, lors du Comité Central d’entreprise du 4 mai 2015, la fermeture du site Delphi France à Périgny qui produit des injecteurs.
La fermeture du site de Périgny concerne 320 salariés qui risquent de perdre leurs emplois.
La direction (...)

Automobile : la transition écologique devra préserver les emplois

Toute l’actualité par Valérie Forgeront

Si elle peut contribuer à protéger l’environnement, la mutation industrielle du secteur de la construction automobile, pour davantage d’écologie, menace des centaines de milliers d’emplois s’inquiète FO Métaux. La fédération demande à l’État des mesures d’accompagnement pour une filière qui compte plus de deux millions de salariés en France.

Ascométal victime de la voracité de ses actionnaires

Toute l’actualité par Mathieu Lapprand

Depuis le 6 mars dernier, le groupe sidérurgique Ascométal, spécialiste des aciers spéciaux, est placé en redressement judiciaire. Les 1 900 salariés sont aujourd’hui dans l’attente de l’intermédiation du ministère du Redressement productif, qui a pris ce dossier en main.

Congrès FO Métaux : trois jours au cœur des revendications

XXIIe congrès de la fédération FO-Métaux par Valérie Forgeront

Près de 900 délégués FO et leurs invités français et internationaux ont participé du 25 au 27 mai au XXIIe congrès de la fédération FO Métaux à La Rochelle (Charente-Maritime). L’occasion pour les militants de croiser leurs expériences et de bâtir leurs revendications.