La FEETS-FO se prépare à un congrès combatif et revendicatif

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Présentation du rapport d’activité par le Secrétaire Général de la FEETS-FO, Jean Hedou. © C. Josselin

Le 12e congrès de la fédération de l’Équipement, de l’Environnement, des Transports et des Services (FEETS-FO) se tient du 8 au 10 septembre. Il réunit près de 300 participants au Barcarès dans les Pyrénées Orientales. Cette fédération a la particularité de regrouper aussi bien des fonctionnaires que des salariés du secteur privé. Mais tous ont la même priorité : défendre les droits des travailleurs. C’est une nécessité d’autant plus forte dans le contexte de la crise sanitaire liée au coronavirus, qui a impacté tous les secteurs de la fédération, à commencer par l’aéronautique. Ce congrès sera aussi l’occasion d’élire un nouveau secrétaire général, Jean Hédou ne se représentant pas à un cinquième mandat.

Se battre pour préserver les droits, le statut et les emplois des agents et des salariés, tel est l’objectif des militants de la fédération de l’Equipement, de l’Environnement, des Transports et des Services, FEETS FO, qui tient son congrès jusqu’au 10 septembre à Port-Barcarès, près de Perpignan, dans les Pyrénées Orientales. Cette fédération a en effet la particularité de rassembler des syndicats relevant de la Fonction publique (écologie, environnement, routes, aviation civile, directions départementales interministérielles…) et d’autres relevant du secteur privé (prévention sécurité, compagnies aériennes, autoroutes, nettoyage…).

Les délégués doivent recevoir la visite du secrétaire général de la confédération FO, Yves Veyrier, ainsi que de la secrétaire confédérale Karen Gournay. Ils doivent également avoir la visite des secrétaires de fédérations Christian Grolier (fonctionnaires FO), Patrice Clos (transports), Philippe Herbeck (cheminots) et François Guérard (Fage). Des secrétaires d’UD doivent aussi prendre part au congrès : David Lecomte (Eure), Jean-Baptiste Koneczny (Pas-de-Calais), Fabrice le Restif (Ille-et-Vilaine), Eric Le Courtois (Côtes d’Armor), Yves Briaux (Meuse), Jean-Pierre Glacet (Ardennes) et Jérôme Capdevielle (Pyrénées Orientales).

Trois années de violence contre la Fonction publique

Le rapport d’activité qui revient sur les dernières années écoulées une période difficile où les attaques contre les conquêtes des travailleurs ont été nombreuses dénonce trois années de violence inédite contre la Fonction publique. Dans le secteur public, les militants FO se battent en effet contre la banalisation des statuts particuliers, la fusion des corps, l’individualisation des rémunérations tout en paupérisant les fonctionnaires, l’application de nouveaux outils du privé… Le recrutement sur contrat devient ainsi le principe de base. Les agents sont accompagnés vers la sortie. La loi de transformation de la Fonction publique du 6 août 2019 aboutit à la chasse aux fonctionnaires, à la promotion de la précarité et à la casse des droits et des instances, s’insurge le rapport d’activité. Cette loi constitue l’arsenal destiné à permettre la réalisation d’un vaste plan social aux frais des fonctionnaires, de leurs droits et des instances de dialogue social… Tout en faisant croire que c’est fait pour rendre le service public enfin efficace.

Dans les ministères relevant de la fédération, toutes les missions sont remises en cause au prétexte de la rigueur budgétaire. Il s’agit soit d’abandon direct (dénavigation de certaines voies, abandon de missions de contrôle, transfert d’une partie du réseau routier), soit d’un abandon par transfert vers les collectivités territoriales. Après l’exploitation des autoroutes, le gouvernement a décidé cette fois de privatiser les aéroports parisiens.

Notre rôle et notre responsabilité n’en sont que plus grands pour entraver, détourner et enrayer ce que certains voient comme un rouleau compresseur, rappelle la fédération. Notre action dans la tourmente : placer un maximum de forces de rappel pour permettre un retour du balancier antisocial, et ne laisser personne au bord du chemin.

La privatisation d’ADP suspendue

Dans le secteur privé, le trafic aérien se portait bien jusqu’en début d’année 2020, avant la crise sanitaire qui lui a porté un coup d’arrêt. Le secteur était en pleine croissance, avec 4,5 milliards de passagers en en 2019 dans le monde, en hausse de 4,1% en un an. Les prévisions tablaient sur un doublement du nombre de passagers en 20 ans. Au niveau national, avec 160 millions de passagers en 2018, la hausse était de 24% en sept ans.

Pour les salariés en revanche, pas d’embellie. Les effectifs ont baissé en France de plus de 10% en 10 ans, passant à 80 000 salariés dans la branche en 2018 contre plus de 90 000 en 2010. En parallèle, les conditions de travail se sont dégradées et les contrats précaires se sont développés. Le gros des recrutements se sont faits par les compagnies low cost et les sous-traitants avec des conditions de travail systématiquement déplorables.

Dans le même temps, le gouvernement a tenté de parachever la privatisation des aéroports français entamée en 2004. Pour Aéroports de Paris, le chantier a été lancé dans le cadre du projet de loi Pacte au printemps 2018. Farouchement opposée à cette privatisation, la FEETS FO a lancé plusieurs appels à la grève. Si officiellement le projet n’est pas abandonné, il a été suspendu.

Inter : 100 000 emplois directs supprimés dans l’aérien

Avec la crise sanitaire liée au Covid-19, le secteur a connu le pire sinistre de son histoire. Au pic de la crise, le trafic aérien a chuté de 95%. Au niveau national, près de 100 000 emplois directs et 600 entreprises ont été impactés : compagnies aériennes, assistance en escale, aéroports… Une majorité des salariés se sont retrouvés au chômage partiel. Quant à ceux qui devaient assurer la continuité de l’activité, certains ont été menacés de licenciement s’ils faisaient valoir leur droit de retrait. Les premiers à avoir perdu leur emploi ont été les plus fragiles, intérimaires et contrats précaires. Le transport aérien devrait retrouver son niveau de trafic en 2023 au mieux. Pour la FEETS FO, cette situation ne peut et ne doit pas être le prétexte aux économies sur le dos des travailleurs.

Le transport maritime et portuaire aussi a été impacté par la crise sanitaire, avec des quatorzaines imposées dans des conditions inacceptables, des navires et leurs équipages immobilisés à quai dans des conditions sanitaires souvent déplorables.

Douze décès liés au Covid-19 dans le secteur de la sécurité

Privilégiant la santé des travailleurs, la FEETS FO a exigé que seules les activités essentielles à la population soient maintenues durant le confinement. Le secteur de la prévention sécurité, qui compte près de 178 000 salariés, a été en première ligne de la crise sanitaire, dans les hôpitaux, les magasins, les entrepôts… Environ 80% des salariés du secteur ont continué à travailler durant la crise sanitaire.

Comme tous les travailleurs obligés d’assurer la continuité de l’activité, dans le public comme dans le privé, ils n’ont pas reçu les équipements de protection nécessaires avant début mai. Au moins 12 salariés du secteur sont décédés du covid-19. La FEETS FO a demandé la reconnaissance en maladie professionnelle pour les agents de sécurité. Ils n’ont quasiment pas touché de prime covid, les employeurs exigeant des exonérations de charges sociales.

Baisse du coût du travail contre d’hypothétiques garanties d’emploi

Dans le secteur du nettoyage propreté aussi les travailleurs se sont retrouvés en première ligne. FO est intervenue à plusieurs reprises pour qu’ils soient dotés d’équipements de protection individuelle pour préserver leur vie. La branche compte 519 000 salariés dont 70% de femmes. Beaucoup ont une amplitude horaire élevée et un temps partiel imposé. Ces salariés sont les plus mal rémunérés. FO revendique une augmentation de salaire et la reconnaissance du covid-19 en maladie professionnelle. Comme le souligne le rapport d’activité, la vie des femmes et des hommes a été et est plus menacée s’ils sont au bas de la hiérarchie sociale que s’ils appartiennent à la bourgeoisie. Les salariés les plus précarisés sont ceux à avoir payé le plus lourd tribut.

Le rapport d’activité s’élève aussi contre le fait que le gouvernement ait pris prétexte du plan d’urgence pour modifier les limites du temps de travail ou favoriser les accords de baisse du coût du travail en contrepartie d’hypothétiques garanties d’emploi. Dans tous les cas, le patronat voudra profiter du moment pour augmenter ses profits, prévient-il. Seule notre capacité de passer à l’offensive pourra le contrarier.

Jean Hédou, qui achève son quatrième mandat de secrétaire général, ne se représentera pas. Ce congrès sera aussi l’occasion d’élire un nouveau secrétaire général. Le scrutin aura lieu le 9 septembre.

 

Congrès FEETS 2020

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante