La garde des jeunes enfants reste parfois un casse-tête

Société par Françoise Lambert, journaliste L’inFO militante

Une famille sur deux n’arrive pas à décrocher une place en crèche pour son ou ses enfants, d’après les chiffres de l’Observatoire national de la petite enfance.

Le nombre de places dans les crèches augmente mais reste insuffisant. Entre 2014 et 2015, l’offre pour les enfants de moins de trois ans a crû de près de 10 000 places dans les structures collectives, et principalement dans les micro-crèches privées (5 400 nouvelles places). Mais la moitié des familles qui souhaitent avoir recours à une crèche ou une halte-garderie font chou blanc.

25 % des parents veulent faire appel à une structure collective

Parmi les parents à la recherche d’un mode de garde en 2015 pour leur enfant de 6 à 12 mois, 25 % souhaitent confier leur progéniture à une structure collective, crèche ou halte-garderie, et 20 % préfèrent le recours à une assistante maternelle. Par ailleurs, 26 % disent préférer garder eux-mêmes leur enfant et 28 % ne pas avoir de préférence pour un mode de garde en particulier.

Souhait satisfait pour seulement 68 % des familles

Globalement, parmi les familles ayant exprimé une préférence pour un mode de garde extérieur, seules 68 % ont pu y parvenir.

L’accueil collectif des jeunes enfants a progressé de près de 8 % entre 2013 et 2015 avec la création de 36 330 places de crèche. Il représente aujourd’hui 18 % des capacités d’accueil des moins de trois ans.

L’objectif de 100 000 places supplémentaires sera difficile à atteindre

Mais l’objectif de créer 100 000 places pour la petite enfance d’ici à 2017, inscrit dans la convention d’objectifs et de gestion passée entre l’État et la Caisse nationale des allocations familiales sera difficilement tenu, notamment du fait des baisses des dotations de l’État aux collectivités locales.

Sur le même sujet

Austérité contre universalité

Communiqué de Force Ouvrière par Jocelyne Marmande

L’annonce du gouvernement de moduler les allocations familiales en fonction des revenus, n’a pas pour objectif d’amener plus de justice, mais tout simplement d’habiller d’une autre manière sa politique d’austérité.
Pour justifier sa politique d’économie tout azimut, le gouvernent n’hésite pas à ouvrir (...)