La généralisation du tiers-payant repoussée aux calendes grecques

Protection Sociale par Secteur Retraites

Lettre FO
Retraites n°136

Près de 11 millions de patients couverts à 100% par la Sécurité sociale sont dispensés de l’avance de leurs frais médicaux : certains patients aux revenus modestes depuis 2015 et les femmes enceintes et les malades chroniques depuis le 1er janvier 2017, en application de la loi Santé de 2016.

Ce dispositif devait être étendu le 30 novembre 2017 à tous les assurés pour la part Sécurité sociale. La ministre de la Santé vient d’annoncer que la généralisation du tiers payant à l’ensemble des patients ne pourra pas être mise en œuvre à cette date, en invoquant car, selon elle, techniquement le tiers payant généralisé n’est pas faisable au premier décembre 2017. Nous ne savons pas, aujourd’hui, sur la part des mutuelles complémentaires, faire en sorte que le médecin soit remboursé. Définissant le terme « généralisable » par cela veut dire que toutes les personnes qui en ont besoin puissent y accéder, la ministre précise désormais que ces services vont travailler avec l’ensemble des professionnels pour que le tiers payant soit généralisable. Si, dans une précédente intervention le 30 août 2017, le délai était courant 2018 cette fois elle ne prend aucun engagement sur le délai.

S’agissant de la part complémentaire, les médecins ne sont pas contraints d’appliquer la dispense d’avance des frais en application d’une décision du Conseil Constitutionnel de janvier 2016. Depuis janvier 2017, les organismes assureurs complémentaires doivent permettre le bénéfice du tiers payant sur la part complémentaire, en application du contrat responsable (dispense d’avance de frais sur des prestations faisant l’objet des garanties contractuelles au moins à hauteur des tarifs de responsabilité).

 Voir en ligne  : PLFSS 2018 : Amendement n°1223 du Gouvernement sur le tiers payant

Sur le même sujet

Santé : Quel avenir pour le tiers-payant ?

Protection Sociale par Françoise Lambert

Le dispositif du tiers-payant, qui vise à éviter l’avance des frais chez le médecin, aurait-il du plomb dans l’aile avant même son application pleine et entière ? Contesté par les médecins, il pourrait voir son avenir compromis après les élections présidentielles cette année.

Sécurité sociale : les changements en vue

Protection Sociale par Françoise Lambert

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 (PLFSS 2018), qui sera définitivement adopté par le Parlement en décembre, acte le basculement des cotisations salariales vers la CSG. Tour d’horizon des principales mesures qui vont toucher l’usager.

La Sécu n’en croit pas ses yeux

Lucentis par  Mathieu Lapprand

Depuis deux ans, le Lucentis est le médicament qui coûte le plus cher à la Sécurité sociale : 402 millions d’euros en 2012 et 438 millions d’euros en 2013. Rappelons que les dépenses totales de la Sécurité sociale pour la prise en charge des verres et montures s’élevaient à 270 millions d’euros en 2012...