Congrès de l’UD FO de Gironde (33) - 3 et 4 octobre 2019

La Gironde entre dynamisme et mobilisation

Congrès d’UD par Clarisse Josselin

Le XXVIIIe congrès de l’union départementale FO de Gironde s’est tenu les 3 et 4 octobre à Bordeaux avec près de 300 délégués, et sous la présidence d’Yves Veyrier. La mobilisation contre le projet de réforme du régime de retraite a été au cœur des discussions.

C’est un congrès apaisé dont se félicite Philippe Mano, réélu pour un second mandat au poste de secrétaire général à l’unanimité des congressistes. Il y avait 36 candidats pour 36 places à la commission exécutive – contre 72 candidats lors du dernier congrès – avec tous les secteurs représentés. L’équipe a également été renouvelée, avec 14 nouveaux membres sur 36. L’UD FO se concentre désormais sur la riposte à mener contre les réformes du gouvernement

Les 18 intervenants qui sont montés à la tribune ont tous évoqué la nécessaire mobilisation contre la réforme du régime de retraite. Le congrès s’est tenu deux semaines après la mobilisation parisienne réussie du 21 septembre à laquelle 270 militants de Gironde ont participé, ça les a encouragés à se bagarrer, poursuit Philippe Mano.

Dans sa résolution générale, le congrès s’oppose au système universel de retraite par points et à un nouveau recul de l’âge de départ en retraite. Il reprend la résolution unanime du CCN des 25 et 26 septembre dernier qui appelle à la grève nationale interprofessionnelle à partir du 5 décembre.

Un comité général exceptionnel, sorte de CCN local, dédié à l’organisation de la mobilisation s’est tenu le 22 novembre. Il faut préparer le 5 et se donner la capacité d’enchaîner le 6 et le 7 pour poursuivre le mouvement, ajoute Philippe Mano.

L’arrêt de l’activité chez Ford-Blanquefort FAI condamné

La résolution dénonce par ailleurs la répression antisyndicale dans les entreprises et la répression d’État de la liberté de manifester. Il demande l’abrogation de la loi liberticide anti-manifestants dite anti-casseurs.

Les hospitaliers sont eux aussi montés à la tribune pour exposer leurs difficultés. Dans le département, FO arrive en tête dans la fonction publique hospitalière, et notamment au CHU de Bordeaux. Autre mobilisation, celle des agents d’EDF, qui se sont déjà mis deux fois en grève contre le projet Hercule. Le congrès a également apporté son soutien aux autres grèves en cours, comme chez les sapeurs-pompiers ou dans les Ephad.

Le congrès revendique qu’il soit mis un terme aux suppressions d’emplois, à la privatisation et la destruction des services publics. La résolution générale dénonce notamment l’arrêt de l’activité de Ford-FAI Blanquefort, jetant à la rue des centaines de salariés et leurs familles.

Les discussions ont également largement évoqué les élections CSE, qui doivent se dérouler avant la date couperet du 31 décembre 2019. En matière de développement, la Gironde affiche un bon dynamisme. Ça progresse partout, se félicite Philippe Mano. Dans le public, à la FGF, on a par exemple progressé de 10% en trois ans. Dans le privé, on se maintient dans de bonnes positions. Et dès qu’on peut aller au protocole d’accord préélectoral, on y va.

L’AFOC en tête aux élections HLM

Les permanences juridiques et le conseil des salariés sont aussi en nette augmentation. Le public est de plus en plus nombreux, et majoritairement constitué de non-syndiqués. De plus en plus de personnes viennent suite à une procédure de licenciement le plus souvent abusive, souligne le rapport d’activité. C’est aussi l’occasion de faire adhérer des salariés travaillant dans les TPE ou appartenant à des branches en mal de respect du code du travail, adhésions qui autrement ne se seraient pas faites.

Du coup, depuis plusieurs années, la vente de timbres connaît une augmentation importante. 85% de notre financement provient des cotisations, ce qui nous permet une indépendance financière, se félicite Philippe Mano. Dans sa résolution générale, le congrès invite tous ses syndicats à intensifier la syndicalisation.

Autre bon résultat, l’AFOC 33 est arrivée en tête des élections HLM, fin 2018, où elle a présenté pour la première fois 5 listes complètes. Elle a obtenu 4 sièges sur 5, contre 2 sièges sur 5 en 2014, et a réussi à entrer dans de nouveaux offices.

Désormais, l’UD se met en ordre de bataille pour les élections MSA. Là aussi, le dynamisme est palpable. On aura plus de candidats et de cantons qu’aux dernières élections, souligne le secrétaire général. La résolution générale appelle les syndicats à se mobiliser lors des prochaines échéances électorales, notamment celles de la MSA et des TPE en 2020.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Grève des directeurs de la Fonction publique hospitalière

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Les directeurs de la fonction publique hospitalière (directeurs d’hôpitaux, directeurs d’établissements sociaux et médico-sociaux, directeurs de soins) étaient dans la rue le 30 novembre pour faire entendre leurs revendications de meilleurs déroulements de carrière.