La libre circulation internationale des personnes à l’arrêt

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

Barrage filtrant a la frontière allemande entre Strasbourg et Kehl sur le pont de l’Europe pour lutter contre la diffusion de l’épidémie de nouveau coronavirus Covid 19. © Frédéric MAIGROT/REA

Plus de 177 pays, répartis sur les cinq continents, sont aujourd’hui touchés par la pandémie. La majorité d’entre eux a décidé de fermer leurs frontières aux voyageurs étrangers. État des lieux, non exhaustif, d’un monde qui se claquemure et d’une mondialisation quelque peu ébranlée.

Les deux derniers grands pays en date à avoir annoncé la fermeture de leurs frontières sont la Russie et la Chine, le 28 mars. La Russie avait déjà annoncé deux jours plus tôt la suspension de toutes ses liaisons aériennes, excepté pour rapatrier les citoyens russes bloqués à l’étranger. La Chine, d’où la pandémie est partie, a précisé que « les ressortissants étrangers venant en Chine pour des activités économiques, commerciales, scientifiques ou technologiques nécessaires ou pour des besoins humanitaires urgents » pourront demander un visa auprès des ambassades ou consulats chinois.

Dès le 11 mars et pour une durée de trente jours, les États-Unis ont interdit l’accès à leur territoire à tous les étrangers ayant récemment séjourné dans l’espace Schengen. Une décision d’abord vertement critiquée de ce côté-ci de l’Atlantique, notamment par le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, avant que l’Union européenne ne verrouille à son tour ses frontières extérieures le 17 mars. Plusieurs pays en son sein ont aussi fermé leurs propres portes aux ressortissants d’autres États membres.

Allemagne, Espagne, Belgique… Les frontières se ferment dans l’UE intra-muros

L’Allemagne a ainsi annoncé le 15 mars la quasi-fermeture de ses frontières avec la France, le Luxembourg, la Suisse, l’Autriche et le Danemark. Outre les marchandises, seuls peuvent entrer dans le pays, depuis cette date, les travailleurs transfrontaliers ainsi que les citoyens allemands qui ne présentent aucun symptôme et les étrangers disposant d’un permis de résidence. En parallèle, la France a aussi annoncé un renforcement des contrôles à sa frontière avec l’Allemagne et « limité les traversées de la frontière au strict nécessaire », selon le ministère de l’Intérieur.

L’Espagne, le deuxième pays le plus touché d’Europe après l’Italie, a fermé ses frontières terrestres le 16 mars, excepté pour les citoyens espagnols, les résidents étrangers disposant d’un permis, le personnel diplomatique accrédité et les personnes justifiant de « causes de force majeure ». Le trafic des marchandises est également permis « afin d’assurer la chaîne d’approvisionnement ». Le gouvernement espagnol a invoqué un article du traité de Schengen permettant de rétablir les contrôles aux frontières dans ce genre de situation d’urgence.

Le Portugal voisin, qui avait déjà décidé la veille de fermer sa frontière terrestre aux touristes espagnols, est monté d’un cran en suspendant le 16 mars les liaisons aériennes, ferroviaires et fluviales avec l’Espagne.

La Belgique a fermé ses frontières « à tout déplacement non essentiel » le 20 mars. Là encore, seuls restent autorisés le trafic de marchandises, le retour de l’étranger des ressortissants belges et les déplacements professionnels « impératifs ». Ces restrictions concernent les liaisons terrestres, mais aussi aériennes et maritimes.

Le Danemark, Chypre, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Lituanie, la Roumanie et la Slovaquie ont également fermé leurs frontières à la mi-mars. L’Autriche a fermé les siennes avec l’Italie et la Suisse.

Autant de décisions prises et appliquées dans l’urgence, qui plus est avec un manque d’effectifs criant pour effectuer les contrôles (6 000 emplois douaniers ont été supprimés rien qu’en France ces vingt dernières années)… Autant de décisions qui plongent aussi des populations déjà en situation de grande précarité dans de nouvelles difficultés.

Les plus précaires pris au piège

La Pologne a ainsi dû ouvrir un couloir humanitaire pour des centaines de Lituaniens travaillant en Allemagne et voulant rentrer chez eux mais bloqués à la frontière germano-polonaise.

Des dizaines de milliers de travailleurs habituellement contraints de faire la navette entre l’est et l’ouest de l’Europe se trouvent ainsi pris au piège, à l’instar de ces femme roumaines ou slovaques qui composent en temps ordinaire 80 % des 65 000 auxiliaires de vie qui travaillent en Autriche, souvent une partie du mois avant de retourner chez elles. À l’instar aussi de ces travailleurs saisonniers étrangers interdits d’entrée en Allemagne.

Aux frontières fermées de la Hongrie se sont ainsi formés ces derniers jours des dizaines de kilomètres de bouchons. Beaucoup de transporteurs de marchandises, censés circuler librement, sont ralentis par les contrôles sanitaires des particuliers. Beaucoup de ces derniers, bloqués à la frontière au moment de sa fermeture, étaient des citoyens roumains et bulgares souhaitant regagner leur pays d’origine, alors que la pandémie a mis quasiment à l’arrêt les économies des pays où ils travaillent, a constaté l’AFP (Agence France-Presse).

La Turquie a elle fait évacuer 5 800 migrants demandeurs d’asile qui depuis la fin février s’étaient massés le long de la frontière turco-grecque, espérant pouvoir entrer dans l’Union européenne (ce que cette dernière refusait).

Démunie face à la menace, l’Afrique se recroqueville

Sur le continent africain, l’extrême dénuement face à la menace fait craindre le pire. Si l’épidémie n’en est encore qu’à son tout début, plusieurs frontières se sont fermées dès la mi-mars, comme en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Kenya, au Ghana, en Afrique du Sud…

La Somalie a interdit tous les vols internationaux au départ et à l’arrivée du pays, à l’exception des vols humanitaires. L’Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique, a fermé ses frontières terrestres le 23 mars.

En Amérique latine, les frontières se ferment aussi progressivement. Cuba a fermé les siennes le 21 mars. L’Uruguay, plus petit pays sud-américain, l’a fait le 25 mars pour tous les ressortissants étrangers. Il avait déjà pris une première mesure le 16 mars concernant l’Argentine et le Brésil. Ce dernier s’est lui fermé à tous les ressortissants venus d’Europe, d’Australie et de plusieurs pays d’Asie depuis le 20 mars. Une restriction qui ne concerne pas les États-Unis… En revanche, la frontière entre le Mexique et les États-Unis a bien été fermée le 20 mars.

Les États-Unis limitent encore plus les « migrations de masse »

« Les États-Unis et le Mexique ont décidé d’interdire les voyages non essentiels à travers notre frontière partagée », a notamment déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. « Nous traitons les deux frontières [nord et sud, NDLR] de la même manière », a tenu à insister le président américain Donald Trump, la frontière entre les États-Unis et le Canada ayant été également fermée. Estimant qu’il fallait « limiter les migrations globales de masse qui risqueraient d’épuiser les ressources » nécessaires pour soigner les citoyens américains, le président américain a poursuivi : « En temps normal ces flux massifs représentent déjà un fardeau énorme sur notre système de santé. Mais pendant une pandémie, ils menacent d’avoir l’effet d’une tornade. »

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Une organisation confinée pour une action qui ne l’est pas

Coronavirus / Covid19 par UD FO 48 LOZERE

Face à l’épidémie qui touche la France, FO reste sur le pont et adapte son organisation pour continuer à représenter, au mieux, les salariés qu’elle défend, à leur répondre et à être à leurs côtés. C’est le cas de l’Union départementale FO de Lozère.