La pauvreté augmente à 14,7% de la population : un Français sur sept

Le chiffre par  Michel Pourcelot

© Anthony MICALLEF/HAYTHAM-REA

Le taux de pauvreté a connu en 2018 une hausse importante de 0,6 point par rapport à l’an dernier, touchant désormais 14,7% de la population française, selon une analyse publiée le 16 octobre 2019 par l’Insee.

Soit pratiquement un Français sur sept. Ces données sont provisoires mais peu susceptibles de grands changements.

Un demi-million de plus

En un an, 500 000 personnes de plus sont ainsi passées sous le seuil de pauvreté, situé à 60% du revenu médian. Le total est désormais de quelque 9,3 millions de personnes contre 8,8 millions en 2017. L’Insee explique cette progression en partie par la diminution des allocations logement dans le parc HLM en 2018. Autre cause avancée : la forte baisse fiscale sur les revenus financiers des capitaux mobiliers, désormais soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU), ou « flat tax », qui fait monter le seuil de pauvreté. Ainsi plus les riches sont riches plus il y a de pauvres.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Projet de budget 2019 : la rigueur toujours et encore

Finances publiques par  Valérie Forgeront

Une opération « bis repetita » ? Un calque du précédent projet de loi de finances ? Ce 24 septembre, le gouvernement a présenté le projet de loi de finances (PLF) pour 2019 et à l’évidence les axes proposés ressemblent à ceux de la loi de finances de 2018.

APL/ISF : Austérité pour les uns et libéralité pour les autres…

Communiqué de l’AFOC par AFOC

Le 22 juillet dernier le gouvernement a annoncé son intention de réduire les Aide personnalisée au logement (APL) de 5 euros par mois et par ménage bénéficiaires. Plus de 6,5 millions de foyers, dont 800 000 étudiants, seront touchés par cette mesure dès le mois d’octobre prochain. L’économie espérée est (...)

Annonces logement : stratégie et coups bas…

Communiqué de FO par Anne Baltazar

Le ministère de la cohésion des territoires a dévoilé le 20 septembre sa stratégie pour le logement : choc de l’offre soutenue par une réforme structurelle baptisée « inversion de la fiscalité immobilière », refonte des dispositifs de soutien à la solvabilité des demandeurs (aides au logement) et doublement du programme de renouvellement urbain.