La raison économique ne doit pas l’emporter sur la santé des salariés et sur celle de leur famille

Coronavirus / Covid19 par FGTA-FO

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
© Marie ETCHEGOYEN/REA

Communiqué de la FGTA-FO

La FGTA-FO, première organisation syndicale de la branche de la Restauration Rapide, est convaincue que le burger n’est pas un produit de première nécessité ! Malheureusement, cela n’a pas l’air d’être le cas pour certaines enseignes du secteur.

Plusieurs d’entre elles tentent de rouvrir en catimini, sous couvert de quelques tests qui doivent normalement servir uniquement à préparer la période de l’après confinement.

La FGTA-FO dénonce cette volonté d’utiliser ce motif strictement opérationnel pour généraliser les ouvertures à tous les restaurants et appelle les salariés à ne prendre aucun risque !

En effet, il est irresponsable de penser à faire du business dans un contexte où les règles du confinement sont durcies et vont certainement être prolongées.

Cette crise nous impose de faire une pause nécessaire dans cette spirale ultralibérale sans fin et mettre l’humain au cœur de nos priorités.

Enfin, la FGTA-FO appelle les employeurs du secteur à maintenir les salaires à 100%, tout en sachant que 70% des salariés sont à temps partiel et donc précaires !

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Tous les articles du dossier

Coronavirus (Covid19) et travail

Coronavirus / Covid19 par  Michel Pourcelot

Dans une France où l’épidémie de Coronavirus (Covid-19 ou 2019-n-Cov) progresse rapidement, les interrogations se multiplient chez ceux qui travaillent dans le public comme dans le privé. Du personnel de santé aux services à la personne en passant par la police et les douanes, ils sont nombreux à être confrontés au danger et à la menace dans l’exercice de leur travail, sans toujours savoir l’attitude à adopter.

Finances publiques : les agents font tourner la logistique budgétaire de crise

Coronavirus / Covid19 par  Valérie Forgeront

Mais à quoi donc servent les services des finances publiques en cette période de crise et de confinement ? Est-il bien utile de les maintenir en activité puisque l’économie tourne au ralenti ? Pour ces deux questions, la réponse est simple : ces services sont eux aussi au cœur de l’action. Comme le rappelle l’expression attribuée, entre autres, à un historien du 1er siècle, le nerf de la guerre, c’est l’argent. L’argent public notamment, indispensable à la lutte contre l’épidémie de Coronavirus.