La résistance ouvrière se réalise dans la Sécurité sociale

Histoire par Christophe Chiclet

Georges Buisson (1878-1946).

Deux ans avant la naissance officielle de la CGT-FO, des camarades, déjà réunis au sein du journal Résistance Ouvrière, posaient les jalons de notre Sécurité sociale, une sécu désormais attaquée de toutes parts, comme elle le fut aussi à sa création.

Dès le 26 juillet 1945, Résistance Ouvrière, l’ancêtre de notre journal, annonçait le rapport sur la Sécurité sociale dont était chargé Georges Buisson (1878-1946), précisant que les ambitions du syndicaliste étaient déjà attaquées par l’Assemblée consultative : […] Le gouvernement, cédant à la pression conjuguée des caisses patronales de compensation et des associations familiales, a accepté de différer l’intégration des allocations familiales dans l’ensemble de la Sécurité sociale. Ceux qui allaient fonder quelques mois plus tard la CGT-FO se battaient déjà pour le principe de la caisse unique.

Derrière Buisson, ils veulent une caisse unique de sécurité sociale, regroupant l’Assurance maladie, l’Assurance vieillesse et les allocations familiales, c’est-à-dire une solidarité par construction entre les générations.

L’alliance des contraires

Le PCF et le MRP (démocrate-chrétien), membres du gouvernement de Gaulle, vont essayer de vider de leur contenu les ordonnances du 4 octobre 1945. Les « cathos » veulent des caisses d’allocations familiales autonomes par rapport à la « Sécu ». Le PCF leur emboîte le pas. Ambroise Croizat, ministre communiste du Travail, fait passer des deux tiers à la moitié la proportion des représentants salariés dans les conseils d’administration des caisses d’allocations familiales. Il s’agit alors pour le PCF de prendre systématiquement le contre-pied des mesures défendues par les amis de Georges Buisson. Henri Raynaud, autre cadre communiste important dans la direction de la CGT d’après-guerre, va réussir à obtenir l’autonomie administrative et financière des « allocs » vis-à-vis de la « Sécu ».

Il faudra attendre les ordonnances de 1967 pour que cela soit réduit à néant. Quoi qu’il en soit, ce sont bien les futurs militants de la CGT-FO qui vont asseoir les bases d’une sécurité sociale telle que nous la connaissons aujourd’hui. Une « sécu » que les derniers gouvernements voudraient bien tronçonner pour l’affaiblir au profit d’un système privatisé, loin du pacte social français né du programme du Conseil national de la Résistance.

Sur le même sujet

Un projet de loi examiné à couteaux tirés

Sécurité sociale

L’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2014 s’est achevé le 2 juillet après des débats houleux.

Sécurité sociale : grève pour les salaires le 26 mai

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

À l’appel des organisations FO et CGT, les personnels de la Sécurité sociale seront en grève le 26 mai pour exiger l’augmentation des salaires. Alors que la valeur du point est gelée depuis 2010, les syndicats revendiquent son augmentation de 7 % au minimum, pour rattraper la perte de pouvoir d’achat (...)

Santé : Quel avenir pour le tiers-payant ?

Protection Sociale par Françoise Lambert

Le dispositif du tiers-payant, qui vise à éviter l’avance des frais chez le médecin, aurait-il du plomb dans l’aile avant même son application pleine et entière ? Contesté par les médecins, il pourrait voir son avenir compromis après les élections présidentielles cette année.