La Sécurité Sociale fête ses 75 ans : préserver notre plus grande conquête sociale

Communiqués de FO par  Serge Legagnoa, Secteur Protection sociale collective

Le 6 octobre 2015, la Sécu fêtait ses 70 ans à la Maison de la Mutualité à Paris. © F. BLANC

Ce dimanche 4 octobre 2020, la Sécurité sociale soufflait sa 75e bougie. 75 ans donc, que cette institution, pilier du modèle social à la française, existe, qu’elle assure contre les risques de toute nature des millions de personnes. Elle leur a apporté la garantie qu’en toute circonstance chacune et chacun pouvait assurer sa subsistance et celle de sa famille, et ce, dans la dignité. Car c’était bien là son objet fondamental : répondre à un souci élémentaire de justice sociale en débarrassant les travailleurs des incertitudes du lendemain.

Si elle a pu être critiquée, la Sécurité sociale a montré son action indispensable : donner un accès à toutes et tous, à égalité, aux meilleurs soins et participer ainsi au fait que l’on ait les moyens – parce que collectifs – de développer les meilleurs soins. La crise sanitaire nous démontre une fois de plus la nécessité d’un système de protection sociale fort et au service de tous sur l’ensemble du territoire.

L’étatisation matérialisée par les Lois de Financement de la Sécurité Sociale a cependant conduit à ce que la lecture économique – sous l’angle de la contrainte des dépenses publiques – l’emporte au fil du temps avec, pour corollaire, une dégradation de notre système de santé, tant pour les assurés sociaux, que pour les personnels.

La crise de l’hôpital, la situation dramatique des EPHAD, l’engorgement des urgences sont le symptôme de politiques dirigée par l’austérité imposée à notre Sécurité Sociale.

Il a fallu la crise sanitaire liée à la Covid-19 pour qu’enfin les besoins, à commencer par la reconnaissance des personnels de santé, soient entendus.

La Sécurité sociale assure l’ensemble des risques liés à la maladie, la vieillesse, les maladies professionnelles et les accidents du travail, ainsi que la politique familiale et les prestations sociales afférentes.

Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins et devant un choix de société : continuer la marchandisation de la protection sociale, ou renforcer les valeurs fondatrices de la Sécurité sociale : égalité d’accès et solidarité.

Il y a 25 ans, FO déclarait : Toute démarche conduisant à conjuguer fiscalisation, régime universel et allégement du coût du travail conduit inéluctablement à niveler vers le bas la couverture sociale, à accroître les inégalités, à paupériser les structures collectives de solidarité et à laisser se développer les marchés privés de la santé et de la retraite.

Alors que se poursuit la « nouvelle solidarité entre l’État et la Sécurité sociale », qui consiste à transférer à l’État les excédents de la Sécu, un grand débat est plus que jamais nécessaire sur le rôle, la place et le financement de la protection sociale collective dans notre pays, et ce, sur la base des fondamentaux de la Sécurité sociale.

 Serge Legagnoa Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Secteur Protection sociale collective

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Salaires minimums au niveau européen

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

Après plusieurs semaines d’incertitudes et deux phases de consultation avec les interlocuteurs sociaux européens de janvier à septembre dernier, une proposition de directive de l’Union Européenne sur les salaires minimums a bel et bien été présentée par la Commission européenne le 28 octobre 2020.

Attentat à Nice

Communiqué de FO par Yves Veyrier

A la suite de l’attentat ayant eu lieu à Nice aujourd’hui, le Secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, s’est exprimé en ces termes : « Ne pas céder au terrorisme et l’horreur qui a frappé encore, aujourd’hui, à Nice. »

Etat d’urgence : réaction FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Sans mésestimer la gravité de la situation sanitaire et l’urgence à y faire face, FO s’inquiète que le recours à l’état d’urgence devienne récurrent.