La victoire : La Maison de Valérie

Entre Militants

Les licenciements en 2013 d’une soixantaine de salariés de La Maison de Valérie étaient « dépourvus de cause réelle et sérieuse », selon un jugement des prud’hommes de Blois rendu le 27 août. L’ancienne société de vente à distance, déjà propriété de Conforama à l’époque, a été condamnée à leur verser environ 18 mois de salaire d’indemnités, soit une enveloppe globale de 1,5 million d’euros. L’UD FO se félicite de cette « belle victoire ». Les juges doivent encore examiner les dossiers de 16 cadres.

Sur le même sujet

Le harcèlement moral

Juridique par Secteur juridique

Les juges doivent toujours rechercher l’origine du licenciement pour en déterminer sa cause réelle et sérieuse ou sa nullité, et ce, d’autant plus lorsqu’ils sont en présence d’un cas de harcèlement moral.

Déclaration de la Commission exécutive confédérale de FO du 17 septembre 2015

Communiqué de Force Ouvrière

Après la loi dite « Macron 1 » qui remet en cause des droits des salariés (travail le dimanche, licenciements, prud’hommes, etc.) celle dite « Rebsamen » qui affaiblit notamment le rôle des CHSCT et la réforme territoriale, la Commission Exécutive Confédérale s’adresse solennellement au gouvernement sur (...)

Conforama : FO exige le retrait du plan social

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

La négociation du PSE, qui supprime 1900 emplois et ferme 32 magasins chez Conforama, a démarré début septembre. FO, qui a été reçue à Bercy, conteste le motif économique avancé par la direction.
Notre priorité, c’est de faire annuler le PSE et sauver l’emploi, et on y va par tous les moyens, prévient (...)