Labeyrie, les raisons de la grève

Fédération FGTA-FO par FGTA-FO

© Pascal SITTLER/REA

Communiqué de la FGTA-FO

La grève a commencé chez Labeyrie ce 15 octobre 2021 à l’appel de FO. Les revendications portées par FO sont multiples et s’inscrivent dans le contexte de crise pandémique lors duquel les salariés ont connu une surcharge d’activité sans contreparties malgré les bons résultats économiques de l’entreprise.

Cette situation se retrouve malheureusement dans de nombreuses branches de l’ADEPALE (produits alimentaires élaborés) où le dialogue social est inexistant comme l’a encore démontré cette semaine l’échec de la négociation sur les salaires.

Chez Labeyrie, après l’annonce décevante des chiffres de la participation aux bénéfices, FO a demandé qu’une part des dividendes versés aux actionnaires soit reversée aux salariés en signe de reconnaissance du travail accompli. Cela a été refusé par la Direction tout comme :

 l’augmentation des salaires en 2021 malgré une inflation record
 le maintien des salaires durant la période d’activité partielle liée à la grippe aviaire
 un 2e versement de la prime « Macron » (150 euros maximum ont été perçus par les salariés)
 le versement des 1 000 euros de la prime Covid

A ces questions de pouvoir d’achat s’ajoutent le refus de la Direction d’écouter les revendications FO sur les classifications ainsi que son manque de volonté pour améliorer les conditions de travail malgré de nombreuses alertes.

Pour l’ensemble de ces raisons, FO Labeyrie a appelé les salariés à entrer en grève dans le but d’être enfin entendu par la Direction et que de véritables négociations puissent s’ouvrir.

La FGTA-FO apporte son soutien au syndicat FO ainsi qu’à l’ensemble des salariés grévistes, et demande à la Direction de s’asseoir à la table des négociations.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Fonction publique : la mobilisation s’inscrit dans la durée

Service Public par  Valérie Forgeront

Réunies lors d’une conférence de presse le 17 avril, les neuf organisations de la fonction publique dont l’interfédérale FO (UIAFP-FO) ont jugé sévèrement la surdité du ministère de l’Action et des comptes publics –et plus largement de l’Exécutif– vis-à-vis des revendications, notamment salariales.