Lactalis ou le lait de la discorde

Consommation par  Michel Pourcelot

Usine Celia du groupe Lactalis specialisee dans la production de lait infantile. ©Jean Claude MOSCHETTI/REA

Du lait pour nourrissons contaminé par des salmonelles au moment de la Nativité, cela fait un peu tache. D’autant plus quand il sort d’un établissement du géant mondial français des produits laitiers.

33

C’est le nombre de nourrissons rendus malades en France pour avoir consommé les produits incriminés. Treize sont encore hospitalisés.

L’affaire Lactalis a éclaté début décembre, alors que se concertaient aux états généraux de l’alimentation les membres de l’élite du secteur. Le 10 décembre, un communiqué officiel émanant de la Direction générale de la santé et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes annonçait l’extension des mesures de retrait et de rappel de produits de nutrition infantile de Lactalis Nutrition Santé. Une décision prise après de nouvelles contaminations par des salmonelles (Salmonella sérotype agona), faisant suite à celles qui avaient déjà touché vingt jeunes enfants âgés de moins de 6 mois dans huit régions différentes. Visiblement, le précédent rappel annoncé le 2 décembre par l’entreprise n’avait pas été suffisant... Pour finir, le 22 décembre le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour blessures involontaires, mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine, et inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit préjudiciable à la santé.

Autocontrôle…

La politique de communication de l’entreprise n’a pas arrangé les choses tandis qu’un bon nombre d’informations émergeaient par le biais de la presse. Résultat : aussi bien l’entreprise que les services de l’État ont dû se défendre. La Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations, accusée d’avoir été aveugle, a expliqué que son contrôle de septembre, alors que les salmonelles étaient présentes depuis août au moins, ne portait que sur un nouvel atelier de mélange à sec de céréales. Côté industriel, selon la Direction générale de l’alimentation (ministère de l’Agriculture), il y a une obligation réglementaire de notifier aux services de l’État la découverte d’une contamination lors d’auto-contrôles sur les produits finis, mais pas pour une contamination sur l’environnement de production. Pas vraiment la mer à boire au niveau obligations, plutôt du petit lait. 

 

Le précédent de 2005
L’usine incriminée, celle de Craon (Mayenne), avait déjà été à l’origine d’une importante contamination à la salmonelle en 2005, juste un an avant d’être acquise, avec l’ensemble de la société Celia, par Lactalis. Entre janvier et juin 2017, 146 cas de la même salmonelle Agona avaient été identifiés sur l’ensemble du territoire national.

 Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

192,7 millions d’euros

Le chiffre de la semaine

C’est l’amende infligée par l’Autorité de la concurrence à onze industriels du lait, dont Lactalis Nestlé, le 12 mars. Ils sont accusés de s’être entendus sur les prix des appels d’offres lancés par les marques de distributeurs entre 2006 et 2012, entraînant une hausse des tarifs de gros de 2 à 7 (...)

Industrie laitière - Mise en échec de l’accord sur les classifications

Agroalimentaire par FGTA-FO

Communiqué de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des services annexes Force Ouvrière (FGTA-FO).
La délégation Force Ouvrière composée des délégués syndicaux des groupes laitiers Bel, Danone, Lactalis, et Savencia déplore le manque flagrant de volonté de (...)

Lactalis : l’Etat, mauvais pasteur ?

Revue de presse par  Michel Pourcelot

L’affaire du lait pour enfant Lactalis contaminé aux salmonelles ne cessant de prendre de l’ampleur, le gouvernement et même le chef de l’État se sont exprimés sur le sujet le 11 janvier, faisant couler encore un peu plus d’encre dans une presse qui s’interroge sur les responsabilités. Aperçus.

Scandale Lactalis : L’Etat est-il défaillant ?

Service Public par Finances

Le 10 décembre 2017, faute d’une démarche volontaire de l’entreprise Lactalis, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le , a ordonné une procédure de retrait/rappel de laits infantiles potentiellement contaminés par des salmonelles.