Lafarge Bétons : grève historique pour les salaires

InFO militante par Fanny Darcillon, L’Info Militante

© Xavier POPY/REA

Pour la première fois en près de quatre décennies, c’est par la grève que les salariés de la branche bétons de Lafarge-Holcim ont montré leur lutte pour une meilleure augmentation générale. Un mouvement à l’initiative de FO, alors que les autres syndicats se contentaient des propositions de la direction.

C’était la première grève depuis trente-sept ans chez Lafarge Bétons, l’une des branches du géant du bâtiment Lafarge-Holcim. Fin février, les salariés, demandant 3,5% d’augmentation, ont débrayé pour les salaires, pendant deux à cinq jours selon les sites, et cela à l’appel notamment de FO. Partie du Sud, la grève a gagné trois autres régions, dont la Bretagne. Un mouvement qui avait de quoi surprendre la direction, car si la division Lafarge Ciment a déjà eu recours plusieurs fois à la grève, les mouvements sont rares dans les deux autres secteurs : Lafarge Bétons et Lafarge Granulats (c’est-à-dire les carrières). La surprise pouvait être importante encore car FO n’est pas le syndicat leader dans l’entreprise : Le mouvement est parti du bout du monde, (le Sud, Ndlr) et de deux délégués syndicaux d’une organisation minoritaire, résume avec humour Eric Le Courtois, secrétaire général de l’union départementale FO des Côtes-d’Armor. La direction ne pensait pas que les salariés allaient s’approprier le mouvement.

Comme souvent, le manque de reconnaissance a constitué le déclencheur de la mobilisation. La direction accordait 3% d’augmentation générale, mais à partir du mois de février et non de janvier, expose Jean-Maurice Valon, délégué FO à Yffiniac. Si deux autres syndicats ont accepté cette proposition, FO a senti monter le malaise : C’était un manque de considération, les gens ont trouvé ça petit qu’on rogne un mois d’augmentation après tout ce qu’ils ont donné à l’entreprise ! De plus, le groupe se porte bien : Il y a de l’argent pour désendetter la société et en racheter d’autres, poursuit Jean-Maurice Valon, mais rien pour les salariés. Ils ont donc eu le sentiment d’être comme toujours la variable d’ajustement.

Un rythme de travail saisonnier difficile

Les cimentiers vont très bien à présent, appuie Marcel Lécuyer, secrétaire fédéral en charge du secteur à la fédération FO du bâtiment. On trouve des grands travaux en cours partout, il n’y a qu’à voir le Grand Paris. Donc après deux ans sans trop d’augmentations, et alors que les salariés ont répondu présent et n’ont pas baissé les bras, ils voudraient bénéficier d’une redistribution. Eric Le Courtois souligne de son côté une préoccupation plus globale : Ce sont des gens dont les femmes sont aides-soignantes, travaillent dans la restauration etc., donc dans des secteurs où les salaires sont faibles. Ils se battent donc aussi pour améliorer les revenus de leurs familles, explique-t-il.

Pour l’instant, la direction n’a pas répondu favorablement mais a créé un comité de réflexion sur les problématiques soulevées, dont celle du rythme de travail, difficile, explique Jean Maurice Valon. Lié à l’activité saisonnière du béton, ce rythme est au plus haut l’été, jusqu’à 48 heures de travail par semaine, et cela entraîne un épuisement physique mais aussi d’ordre social, les salariés, harassés par le travail pendant ces périodes, n’ont pas le loisir de profiter entre autres de leur univers familial et amical, insiste le militant. Or les salaires, annualisés (sur une base de 1 607 heures, avec trois semaines de travail et une de repos), intègrent le lissage d’heures supplémentaires, ce qui induit une baisse globale de la rémunération des salariés. Pour le militant FO, alors que la direction n’a rien voulu accorder sur les salaires, la motivation des salariés risque fort de diminuer. Certains feront moins d’heures, assure-t-il. Pourtant, ces gens aiment leur métier.

Sur le même sujet

Grève gagnante pour les salariés de Lafarge

Mobilisation par Clarisse Josselin

Après une semaine de grève à l’appel de FO et de la CGT, les salariés du groupe de ciment Lafarge ont été entendus dans leurs revendications, le 6 mars 2018. Ils obtiennent une augmentation générale des salaires de 2%, une prime de 900 euros et le paiement d’une partie des jours de grève.

Les artistes de l’opéra de Toulon en grève

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

Les musiciens et choristes de l’opéra de Toulon étaient en grève le 5 avril à l’appel de trois syndicats dont FO. Ils dénoncent des salaires inférieurs aux minima conventionnels et une dégradation des conditions de travail.