Landes : des militants revendicatifs et combatifs

Congrès d’UD par Valérie Forgeront

Quelque 165 délégués représentants une cinquantaine de syndicats FO du département ont participé au XXVIII ème congrès de l’Union départementale des Landes qui se tenait le 20 septembre à Soustons. Ce congrès présidé par le secrétaire confédéral Serge Legagnoa a vu l’élection de Pierre Narran à un nouveau et quatrième mandat de secrétaire général. Les rapports d’activité et de trésorerie ainsi que la résolution ont été adoptés à l’unanimité du congrès.

Au cours de ce congrès ponctué d’une dizaine d’intervention à la tribune, les délégués ont particulièrement évoqué certaines mesures et réformes (Ordonnances/loi travail, loi Blanquer dans l’Education, plan Buzyn pour la Santé, réforme Darmanin de l’organisation du réseau des Finances publiques, gel des salaires du public, hausse de la CSG pour les retraités, projet actuel sur les retraites…). Autant de réformes « aux impacts dangereux tant pour les salariés du public que du privé ou encore pour les usagers des services publics » indique Pierre Narran. Et, comme à l’échelon national, elles ont entraîné de nombreuses grèves et manifestations dans les Landes.

Le secrétaire général de l’UD-FO souligne ainsi la fermeture en un an dans le département de 120 lits d’hospitalisation ou encore le plan de fermeture de trésoreries (trois ont déjà baissé le rideau). Dans ce département rural où le taux de chômage se tient dans la moyenne nationale et où, bonne nouvelle, le taux d’emploi a progressé de +0,45% en six mois, l’activité reste cependant toujours fragile dans certains secteurs. Dans la filière bois (qui a subi les conséquences de la tempête de 2009, soit une pénurie de matière première) et dans l’industrie agro-alimentaire, dont celle du foie gras « après une perte importante d’emplois, le taux d’emploi se stabilise désormais » explique Pierre Narran.

Défendre les salariés sur le terrain

Pour autant précise le militant, les situations ne sont pas toujours heureuses. Ainsi, chez Caillor (production et commercialisation de cailles) basé à Roquefort et où FO est le seul syndicat présent dans l’entreprise (appartenant à un groupe espagnol) comptant 200 salariés, un PSE a été ouvert. Après déjà une vingtaine de récents départs volontaires de salariés, ce PSE vise à faire redescendre l’effectif à 150 salariés. Dans cette entreprise landaise, FO avait contesté cette année devant les prud’hommes le non-respect par l’employeur de la convention collective sur les produits élaborés. FO a gagné.

FO soulignait Pierre Narran dans son intervention devant le congrès « a aussi signé les accords de temps du travail » dans cette entreprise laquelle « gérait la modulation à sa façon. Cela nous a permis de mieux structurer les périodes de forte production et de stabiliser la basse production en sécurisant le forfait jours des cadres ». Au cours de la dernière mandature, des accords du même genre ont été signés chez LASPEGOUR (plats préparés).

Par ailleurs indiquait le secrétaire général, l’UD-FO était présente « pour le plan de revitalisation du bassin d’emploi de Habas où après 5 réunions avec les acteurs concernés (Pôle emploi, la Direccte, la Préfecture, les Chambres Consulaires et les Organisations Patronales) nous avons permis l’embauche de 9 salariés et la création de 3 entreprises (Coiffure, Bâtiment et Boucherie) qui, espérons-le, créeront des emplois ».

L’UD-FO s’est aussi investie dans le dossier du repos hebdomadaire. « A l’invitation de la Direccte, nous avons signé deux accords départementaux portant sur la fermeture hebdomadaire des salons de coiffure, de l’ameublement et des boulangeries. De leur côté et en opposition, les commerces franchisés et la grande distribution étaient pour une vente en continu 7 jours/7 mais seulement pour des raisons financières. Le volet social passait au deuxième plan car eux, ont la possibilité, avec des emplois précaires, parfois même aidés, de mettre en place un roulement hebdomadaire où les salariés, pour pas cher, travailleront une fois sur deux le dimanche. Tout cela, grâce aux évolutions législatives qui le permettent encore mieux puisque la notion de fin de semaine avec le dimanche disparaît pour instaurer deux jours de repos consécutifs. »

Les Landes à Paris

Le congrès a été aussi l’occasion pour l’UD-FO de faire le point sur la place de l’organisation dans le département et sur son développement. Ici, secteurs public et privé confondus, FO pèse 15%. Et sur la dernière mandature, FO a dopé sa présence à travers notamment la création de douze syndicats ou sections syndicales.

L’UD-FO prend soin aussi de ses Unions locales. Elle a ainsi « reconstitué un bureau à Saint-Vincent de-Tyrosse », réorganisé l’UL de Dax « de plus en plus efficace et avec des adhésions régulières » indique Pierre Narran.

Le congrès a bien sûr abordé largement le dossier d’actualité de cette rentrée social : celui du projet sur les retraites visant la création d’un régime unique par points. « On ne peut s’empêcher de rappeler les milliards d’exonérations de cotisations cumulées depuis 30 ans » et infligées aux comptes sociaux. Or, les montants de ces cadeaux au patronat « auraient permis de maintenir l’équilibre » de ces comptes, déclarait Pierre Narran devant le congrès.

« Mais surtout, la dernière réforme (des retraites, Ndlr) prévoyait un bilan en 2023. Alors que nous n’y sommes pas encore, que la croissance (même si elle est inférieure aux prévisions et à celle des pays voisins) augmente, que le chômage diminue et que le commerce extérieur repart, on nous fait croire que la réforme (des retraites, Ndlr) est nécessaire ».

Pour dire non à cette réforme, des militants FO des Landes ont participé le 21 septembre à la manifestation et au rassemblement FO à Paris pour la défense des retraites.

Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante