Le burn-out toujours pas reconnu comme une vraie maladie professionnelle

Santé

Le 28 mai, les députés ont adopté deux amendements au projet de loi Rebsamen établissant que « les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle », mais sans les intégrer aux tableaux des maladies professionnelles. Cette question fera l’objet d’un rapport en juin 2016.

Ces pathologies, dont le burn-out, continueront donc de faire l’objet d’un traitement spécifique. La reconnaissance du lien avec le travail n’est toujours pas automatique, mais doit être appréciée par les comités régionaux (C2RMP).

En clair, la prise en charge de cette pathologie n’est pas systématiquement assumée par les employeurs (branche AT-MP), comme le revendique FO, mais largement supportée par le régime général. Seule avancée, un assouplissement pourrait se faire par voie réglementaire sur les modalités de reconnaissance.

Sur le même sujet

Le burn out est une maladie professionnelle

Communiqués de FO

La confédération Force Ouvrière soutient l’appel pour une reconnaissance du syndrome d’épuisement dit « burn out » au tableau des maladies professionnelles.

Les députés adoptent un projet de loi qui musèle les salariés

Dialogue social par Clarisse Josselin

Le projet de loi « relatif au dialogue social et à l’emploi » a été définitivement adopté le 23 juillet par le Parlement, après un ultime vote de l’Assemblée nationale en session extraordinaire. Alors que le gouvernement se glorifie d’une « loi de progrès social », FO dénonce une remise en cause des (...)

FO s’oppose au passage à 40 heures de travail sur le site Valéo d’Angers

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin

FO a claqué la porte des négociations sur la mise en place d’un accord de compétitivité sur le site de l’équipementier automobile Valéo à Angers, le 16 septembre. La direction veut imposer un passage de 35 à 40 heures de travail hebdomadaires. FO dénonce une aggravation considérable des conditions de travail pour augmenter les dividendes des actionnaires.