Le compte pénibilité à découvert

Alerte par Françoise Lambert

Article publié dans le Dossier Compte pénibilité
Le compte pénibilité (prise en compte du travail pénible pour une retraite plus tôt, du temps partiel...) n’entrera complètement en vigueur qu’au 1er juillet 2016. © Laurent CERINO / REA

Le compte pénibilité dans son contour actuel ne répond pas aux attentes des salariés exposés à des conditions de travail difficiles.

Deux décrets officialisent de nouvelles concessions du gouvernement au patronat sur le compte pénibilité. Le premier repousse au 1er juillet 2016 sa mise en œuvre complète, alors qu’elle avait déjà été reportée d’un an. Le second relève les seuils d’exposition pour le bruit et le travail répétitif. Ce qui restreint encore les conditions d’accès au compte pénibilité, qui doit donner la possibilité aux salariés exerçant des métiers pénibles de partir plus tôt à la retraite, de travailler à temps partiel ou de se former.

Durcissement de certains seuils d’exposition

« Le durcissement de certains seuils d’exposition ne repose sur aucune base médicale ou scientifique », souligne Jocelyne Marmande, secrétaire confédérale FO chargée de la protection sociale. « Le compte pénibilité, c’est une belle idée à la base mais il a été dépouillé de sa substance, analyse-t-elle. Dans son contour actuel, il ne règle ni la question de la prévention, ni celle d’une retraite juste et décente pour les travailleurs exposés. » Ceux-ci pourront au mieux partir deux ans avant l’âge légal, sachant que celui-ci va être repoussé de près de trois ans avec les différentes « réformes ». Et que le récent accord sur les retraites complémentaires obligera les salariés à travailler un an de plus pour bénéficier d’une retraite complète. 

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Tous les articles du dossier

Négociation du CPA : le patronat fuit la pénibilité

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin

Lors de la troisième séance de concertation interpro sur le compte personnel d’activité (CPA) le 26 janvier au Medef, les organisations syndicales ont unanimement rejeté la « position commune » patronale, nettement en recul par rapport aux points de consensus obtenus mi-décembre. Les employeurs (...)