Le crédit d’impôt recherche interdit de rapport

Gabegie par  Mathieu Lapprand

Article publié dans le Dossier fiscalité
Le montant du CIR a été déplafonné en 2008 et depuis son coût a été multiplié par six. Les pouvoirs publics en refusent pourtant toute évaluation. © MICHEL GAILLARD / REA

Une commission d’enquête sénatoriale a enterré, par un vote en commission le 9 juin dernier, un rapport préparé depuis six mois sur le détournement du crédit d’impôt recherche (CIR).

Le CIR coûte désormais six milliards d’euros par an. La réduction d’impôt est calculée sur la base des dépenses de Recherche et Développement des entreprises. Institué en 1983, le dispositif coûtait moins d’un milliard d’euros par an jusqu’en 2008, date à laquelle le montant du crédit a été déplafonné.

Malgré son coût, son évaluation reste lacunaire. La Cour des comptes a publié un rapport en 2013 intitulé « L’évolution et les conditions de maîtrise du CIR ». « Les services fiscaux sont […] démunis pour pratiquer une programmation efficiente en matière de CIR », pointait-il. Se basant sur un échantillon d’entreprises bénéficiaires contrôlées en 2012, il montrait que, dans 15 % des cas, l’administration avait relevé des « manquements délibérés »…

Six mois de travail pour un rapport enterré

La rapporteure de la commission d’enquête, Brigitte Gonthier-Maurin (CRC), sur « la réalité du détournement du CIR de son objet et ses incidences sur la situation de l’emploi et de la recherche », s’est vu interdire de publier son rapport par un vote de sa commission. Les entreprises du CAC 40 avaient dû répondre à un questionnaire, auquel elles ne pouvaient légalement se soustraire, sur les conditions dans lesquelles elles bénéficient du crédit d’impôt recherche. Des réponses qui resteront malheureusement secrètes. 

 Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier fiscalité
Tous les articles du dossier

Le prix de transfert… le bouclier du CAC 40

Economie par Pascal Pavageau

Lors de l’entrevue du 26 août 2011 avec le Premier ministre après son annonce d’un nouveau plan d’austérité, Force Ouvrière a notamment réaffirmé la nécessité d’une réforme d’ensemble de la fiscalité, et dénoncé la super niche Copé ainsi que l’évasion fiscale réalisée via les prix de transfert.
Pour (...)

Impôts locaux : l’Etat décharge, les communes chargent

Revue de presse par  Michel Pourcelot

Beaucoup de municipalités se sont déclarées contraintes d’augmenter les impôts locaux, cela au lendemain des élections locales et nonobstant certaines promesses de campagne. Principales raisons fréquemment invoquées : la gestion de la municipalité précédente et la baisse des dotations de l’État. En tous (...)

Revenus

Dossier fiscalité

Dans la majorité des cas, vos revenus et ceux de votre conjoint sont déjà portés sur la déclaration que vous avez reçue. Vous devez vérifier que la totalité des salaires que vous avez perçus en 2014 ainsi que ceux de votre conjoint sont bien déclarés, et rajouter les revenus des autres personnes à charge.

CICE : l’urgence d’un ciblage

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

Suite à la publication du troisième rapport annuel du comité de suivi du CICE, le fait est pour Force Ouvrière que l’évaluation qualitative n’est toujours pas d’actualité trois ans après son lancement alors que le coût, 20 Mds d’euros par an, est lui bien au rendez-vous.
Il en ressort ainsi la (...)