Le droit à l’Assurance-chômage : une réforme qui accentue la misère et qui stigmatise les salariés précaires

Hôtellerie - Restauration par FGTA-FO

© Marta NASCIMENTO/REA

Communiqué de la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des services annexes Force Ouvrière

Il faudra désormais travailler plus longtemps, et sur une période de référence plus courte, pour ouvrir ses droits à l’indemnisation chômage.

En effet, il faudra avoir travaillé au minimum 6 mois sur les 24 derniers mois au lieu des 4 mois sur les 28 derniers mois auparavant pour y prétendre. De plus, le seuil de rechargement des droits passe de 1 à 6 mois.

Avec ces nouvelles règles, un grand nombre de saisonniers risquent tout simplement de ne plus toucher le chômage et ces salariés devront donc, s’ils remplissent les conditions, se reporter sur le revenu de solidarité active (RSA) pour avoir un minimum de revenus.

Cette précarisation est aggravée par la refonte du calcul du salaire journalier de référence dont dépend le montant de l’allocation chômage.

La FGTA-FO, qui couvre le secteur des Hôtels, Cafés et Restaurants représentant à lui seul près de la moitié des contrats saisonniers en France, s’oppose avec force à cette réforme et demande au gouvernement d’ouvrir de réelles négociations avec les partenaires sociaux.

La FGTA-FO soutient la mobilisation des salariés saisonniers et appelle ses adhérents à participer aux rassemblements annoncés devant les préfectures, le 24 février 2020.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

La FGTA-FO revendique la reconnaissance « de l’état de nécessité sociale » pour les salariés précaires des hôtels et restaurants

Toute l’actualité par FGTA-FO

Mardi 26 mai 2020 à Paris, Rouen, Nantes, Dijon, Toulouse, Nice se sont déroulés des rassemblements de protestation de salariés issus notamment de la restauration et de l’hôtellerie qui sont parmi les plus durement frappés par la crise du COVID-19. Les salariés de ces secteurs d’activités comptaient déjà avant la crise parmi les plus précaires.

L’emploi saisonnier peine à sortir de la précarité

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

La loi Travail incite les branches qui emploient le plus de travailleurs saisonniers à négocier sur la reconduction des CDD d’une année sur l’autre. Elle facilite aussi le recours au CDI intermittent. Pour FO, ces mesures restent insuffisantes.