Communiqué de FO

Le droit de grève réaffirmé à la Cour européenne des droits de l’homme

, Marjorie Alexandre

Recommander cette page

La cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. © Rainer UNKEL/REA

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu une décision clé le 20 novembre 2018 en réaffirmant le droit de grève, dans l’affaire portée par Anatoly Ognevenko, membre du syndicat des chemins de fer russe, licencié pour avoir participé à une grève en 2008 pour une hausse des salaires. Les tribunaux russes avaient alors refusé de considérer son licenciement illégal.

La CEDH a conclu que le licenciement pour fait de grève constituait une restriction disproportionnée du droit à la liberté de réunion et d’association et par conséquent d’une violation de l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme, s’appuyant sur la convention 87 de l’Organisation Internationale du Travail.

La jurisprudence des organes de suivi et de contrôle de l’OIT est très claire depuis plus de 70 ans sur le sujet en affirmant que le droit de grève découle de la Convention 87, convention fondamentale sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical. Le respect de la liberté syndicale est un principe fondamental qui garantit la paix, la démocratie et la justice sociale.

Force Ouvrière se félicite de cette décision qui réaffirme le droit de grève au niveau européen en s’appuyant sur la jurisprudence internationale constitué à l’OIT. Le Comité de la Liberté Syndicale - dont le Secrétaire Général de FO nouvellement élu Yves Veyrier est vice-président - affirme en effet dans la compilation de ses décisions aux paragraphes 752 et 753 que le droit de grève est un des moyens essentiels dont disposent les travailleurs et leurs organisations, un moyen légitime, pour promouvoir et défendre leurs intérêts économiques et sociaux. Ce n’est pas un fait social mais un droit fondamental qui ne saurait entraîner de sanction d’aucune sorte, lesquelles seraient assimilables à des actes de discrimination antisyndicale.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Marjorie Alexandre

Secrétaire confédérale au Secteur des Relations Internationales et des Droits Fondamentaux


  • Droits de l’Homme & droits syndicaux
    - Liberté syndicale, droit de grève & droits fondamentaux
    - Défense du modèle social en Europe et dans le monde
    - Lutte contre le travail forcé, esclavagisme moderne & travail des enfants
    - Précarisation de l’emploi, digitalisation & inégalités mondiales
    - Droit à l’éducation et à la formation
  • Migrations & Immigration
    - Libre-circulation des travailleurs, détachement & travailleurs transfrontaliers
    - Travailleurs sans papiers & travail dissimulé
    - Coopération au développement, Accords bilatéraux & Partenariat Méditerranée
    - Flux migratoires
  • Mondialisation
    - Accords commerciaux
    - Suivi des institutions économiques et financières
    - Chaines d’approvisionnement
    - Suivi de la Conférence des Parties (COP)
  • Relations avec les structures des Outre-Mer FO

Envoyer un message à Marjorie Alexandre

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 17 décembre de 09h00 à 09h10

    Les Echos
    Yves Veyrier sera l’invité des Echos, lors d’une interview menée par Olivier Harmant. Diffusion (...)
  • Lundi 17 décembre de 11h20 à 11h30

    :franceinfo TV
    Yves Veyrier sera l’invité de Daïc Audouit sur :franceinfo TV.

Éphéméride

16 décembre 1995

Deux millions de manifestants contre le Plan Juppé

En France, la plus grande des journées de manifestations contre le Plan Juppé d’étatisation de la Sécurité sociale et de remise en cause des régimes spéciaux de retraite. Dans tout le pays, on dénombre plus de deux millions de manifestants.