Politique de l’offrande

Le gouvernement envisage de baisser la fiscalité des entreprises

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

La réunion de clôture des Assises sur la fiscalité des entreprises s’est tenue le 25 mars dernier. Au programme : 8 milliards de baisse d’impôts pour les sociétés.

Ouvertes le 29 janvier dernier, ces assises sont l’un des volets du pacte de responsabilité annoncé par le président de la République lors de ses vœux. Après les 20 milliards d’euros de baisse des cotisations sociales du Crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi (CICE), après les 10 milliards d’euros supplémentaires accordés aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité, le gouvernement s’engage à nouveau auprès du patronat sur une baisse de sa fiscalité. Tant que le patronat se plaint, se lamente sur ses prétendues difficultés, le gouvernement continue à céder devant ses revendications et à baisser ses impôts.

TROIS IMPÔTS DANS LE COLLIMATEUR DU PATRONAT

Alors que les organisations syndicales sont pleinement associées aux Assises sur la fiscalité des ménages, elles n’auront participé qu’à la marge à celles des entreprises : convoquées lors de la réunion d’ouverture et à celle de clôture, elles n’ont toujours pas eu accès aux travaux ou aux rapports produits par les quatre groupes de travail, réunis depuis janvier. Certains députés allant jusqu’à contester la légitimité des organisations syndicales de salariés à prendre part aux débats sur la fiscalité des entreprises…

« [La réunion du 25 mars] est une étape préconclusive », assure l’entourage du ministre de l’Économie, Pierre Moscovici. Et de fait la représentante de FO, qui assistait à cette réunion de clôture, n’a pu entendre que quelques minutes de synthèse des rapports des groupes de travail. Aucune annonce formelle n’a été arrêtée, aucun document remis, seules quelques pistes ont été lancées qui allaient toutes dans le même sens : diminuer les impôts payés par les entreprises. Les annonces officielles, le gouvernement les réserve pour la mi-avril. La France devra alors présenter à Bruxelles sa trajectoire budgétaire.

Trois cibles sont identifiées et diversement ciblées par le patronat en fonction de la taille des entreprises représentées. La CGPME a ainsi fait part de son souhait de voir diminuer la fiscalité locale. La taxe professionnelle a été transformée depuis 2010 en contribution économique territoriale (CET), elle-même composée d’une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). C’est cette CVAE qui est aujourd’hui la cible des petites et moyennes entreprises. Le Medef, de son côté, vise la suppression de la Contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S), dont le taux de 0,16% s’applique au chiffre d’affaires des entreprises dépassant les 760 000 euros. Son rendement était de 5,5 milliards d’euros en 2013. L’éventuelle suppression de cette contribution, comme la suppression des cotisations familiales feraient mécaniquement augmenter les résultats des entreprises, et donc les recettes de l’impôt sur les sociétés (IS). Et c’est donc la troisième cible de ces assises : puisque les recettes de l’IS pourraient augmenter avec les résultats des entreprises, il faudrait également baisser ce dernier…

Si Bercy refuse de confirmer ces hypothèses, le ministère convient que la piste associant la disparition de la C3S à une baisse du taux de l’IS est « sur la table ».

À quelques semaines des élections européennes, et malgré la déroute municipale, la table ne semble pas près d’être renversée.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Jeudi 19 juillet de 12h00 à 12h35

    RMC
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Les Grandes Gueules – Le Grand Oral (...)
  • Jeudi 19 juillet de 14h30 à 14h45

    France 24
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « L’invité de l’éco ».

Éphéméride

18 juillet 1863

Naissance de Georges Yvetot
Naissance de Georges Yvetot, syndicaliste révolutionnaire, une des figures représentatives de la confédération générale du travail, avant la première guerre mondiale. Ouvrier typographe, il milita d’abord dans le mouvement coopératif, puis sous l’influence de Pelloutier, il devient un des animateurs les (...)

Naissance de Georges Yvetot, syndicaliste révolutionnaire, une des figures représentatives de la confédération générale du travail, avant la première guerre mondiale. Ouvrier typographe, il milita d’abord dans le mouvement coopératif, puis sous l’influence de Pelloutier, il devient un des animateurs les plus passionnés et les plus résolus du syndicalisme libertaire. Après la mort de Fernand Pelloutier, il dirigea la Fédération des Bourses, dans la conception révolutionnaire de son maître. Dans ses articles virulents de La Voix du Peuple, et dans ses brochures, intitulées : L’ABC syndicaliste et Manuel du Soldat, Yvetot préconisa la grève générale t l’action directe pour une révolution sociale qui abolit radicalement la propriété individuelle et le système capitaliste de la production. Au Congrès de Bourges de 1904, il défendit l’indépendance syndicale et combattit la collaboration avec les partis politiques. Pour sa propagande antimilitariste acharnée et irréductible, il fut souvent poursuivi par les gouvernements et emprisonné à la Santé et à Clairvaux. Pour son intransigeance doctrinale et pour sa réputation de vouloir « mordre » ses ennemis, on l’avait surnommé le « bouledogue » de la CGT. Yvetot fut un exemple de courage, de désintéressement, de modestie et de loyauté et comme disait Marcel Sembat, lors d’un procès d’Yvetot à Nantes, lorsqu’il fut condamné à quatre ans de prison pour agitation antimilitariste, « c’est un militant ardent et sincère, d’une grande droiture d’âme, au langage vif et châtié ».