Le gouvernement reste confiné dans le déni du dialogue social !

Service Public par Services publics et de Santé

Le président de la République en visite a l’hôpital militaire installe a Mulhouse. © Mathieu Cugnot/POOL/REA

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

Dans cette période de pandémie, de crise sanitaire sans précédent, la Fédération FO-SPS soutient activement l’ensemble des fonctionnaires et agents publics engagés dans la lutte contre le Covid-19.

Elle a pris acte comme l’ensemble des Français des mesures de lutte contre le coronavirus et s’y conforme.

Pour la Fédération FO-SPS, la course contre la montre est engagée, le manque d’anticipation et le retard pris sur la livraison des moyens de protection sont inqualifiables et inacceptables. Ce retard surexpose les agents hospitaliers, à la maladie, et de fait, à la propagation du virus, exposant par ailleurs leur famille à la contagion.

Sans entrer dans la polémique en période de crise, la Fédération FO-SPS est particulièrement attentive au contenu des annonces faites par le président de la République et le ministre de la Santé. Elle observe un décalage inadmissible entre les engagements pris et leurs réalisations effectives, notamment concernant l’urgence vitale de la livraison des moyens de protection dus aux fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions.

La Fédération FO-SPS dénonce un fort décalage entre les déclarations du gouvernement et la réalité du terrain !

Qualifiant les agents hospitaliers de « héros anonymes », le chef de l’État a également annoncé en déplacement à Mulhouse le mercredi 25 mars 2020, un plan massif pour l’hôpital, la revalorisation de l’ensemble des carrières et des primes pour les personnels soignants.

Une semaine est passée et la Fédération FO-SPS constate également le peu d’empressement du gouvernement à mettre en œuvre le versement des primes annoncées. A ce jour, nous n’avons été consultés, ni sur les modalités de versement, ni sur les agents concernés, ni sur le montant de cette prime.

Pour la Fédération FO-SPS le versement de cette prime doit être immédiat et concerner l’intégralité des personnels dont leur administration a émis un bulletin de paye pour le mois de mars.

Par ailleurs, la Fédération FO-SPS avait demandé par courrier en date du 6 mars 2020 de réunir le CHSCT national d’urgence, afin de faire remonter les difficultés du terrain et obtenir des pouvoirs publics un état des lieux exhaustif quant à la situation des stocks de matériel de protection, mais également sur le nombre d’agents malades et le nombre de décès.

Sans réponse du ministère, la Fédération a ré-interpellé le ministre de la Santé en conférence téléphonique en fin de semaine dernière. La date du CHSCT est finalement fixée un mois plus tard par le ministère le 8 avril 2020, avec comme unique point à l’ordre du jour une information sur le Covid-19.

Pour la fédération FO-SPS, ce point en information n’augure pas une réunion constructive, informative, transparente et détaillée. La DGOS devra, nous l’espérons, nous transmettre des documents sur la situation des agents et sur les processus mis en place, etc., or pour l’heure rien ! Mais peut-être, ont-ils confondu le CHSCT avec un point presse à la BFM TV. FO ne s’en contentera pas !

La Fédération FO-SPS continue d’exiger les moyens primaires visant à protéger les agents, et attend un signe de reconnaissance du travail et de l’abnégation des professionnels.

Par ailleurs, lors du rendez-vous téléphoné avec le ministre de la Santé vendredi dernier 27 mars, celui-ci s’était engagé à organiser un point hebdomadaire, force est de constater que pour l’heure aucunes indications ne nous sont parvenues pour cette semaine. Nos revendications et attentes de réponses sont patentes, les « premiers de corvée » attendent des réponses.

Bon courage à toutes et tous !

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet

Réforme de la fonction publique : danger pour le statut, les missions de services publics et le dialogue social !

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Le secrétaire d’État à la fonction publique persiste et signe en confirmant le 13 février devant une salle quasiment vide la déclinaison des quatre chantiers d’un projet de loi qui n’a pas tenu compte des avis formulés par les fédérations de fonctionnaires dont Force Ouvrière qui demandaient la suspension de cette réforme.

Conseil supérieur de la fonction publique de l’État (CSFPE) du 18 juin : boycott de FO

Communiqué de la Fédération générale des Fonctionnaires FO par FO Fonctionnaires

Dans la droite ligne de la commission statutaire préparatoire du juin dernier, Force Ouvrière, première organisation syndicale de la Fonction publique de l’État, la CGT et Solidaires ne participeront pas à ce Conseil supérieur de la Fonction publique de l’État.
Les deux textes présentés n’ont jamais (...)