Le groupe Rallye vend ses magasins GO Sport

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Mickael Denet, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Communiqué de la FEC-FO - Section fédérale du Commerce & VRP

La grande braderie de la crise sanitaire continue avec la cession des magasins Go Sport à la non moins célèbre société FIB qui a déjà offert ses services aux salariés de Camaieu, La Grande Récré ou encore Les Galeries Lafayette, avec au passage quelques centaines de suppressions d’emplois. Après presque 2 ans passés sous la direction de la société de retournement Prosphere, Philippe Fabre n’a pas su redresser la situation économique de la société, comme annoncé à son arrivée.

Depuis 2014 c’est plus d’une vingtaine de magasins Go Sport qui ont fermé leurs portes et de nombreux salariés licenciés sans plan social. Comme cela ne suffisait pas à éponger la mauvaise gestion, le groupe a vendu sa société la plus rentable, les magasins Courir, puis les Go Sport Montagne, supprimant de nombreux emplois au sein même des magasins rentables...

La pandémie a permis l’obtention d’un prêt subventionné par l’État de 35 millions d’euros sans plus de succès, les pertes à la fin 2020 dépassaient 43 millions d’euros. Depuis trois ans Go Sport n’avait plus aucun soutien financier de sa maison mère Rallye qui brade aujourd’hui les magasins pour 1 euro symbolique. La Section fédérale FO Commerce & VRP n’est pas dupe de l’opération qui n’est en rien un événement festif pour les salariés qui seront sans aucun doute les premières victimes collatérales de ce mariage. La Section syndicale FO chez Go Sport sera extrêmement attentive à la sauvegarde des emplois et veillera à protéger les intérêts des salariés qui ont déjà largement été impactés par la gestion hasardeuse de l’entreprise.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Crise du coronavirus dans les EHPAD : plus que jamais répondre en termes de moyens effectifs aujourd’hui et demain !

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Alors que la France, en confinement, subit de plein fouet la crise du Coronavirus et les effets des politiques d’austérité envers le secteur hospitalier (toujours dénoncées par FO), les personnes âgées sont particulièrement fragilisées et les premières victimes. Leur personnel soignant et non soignant est aussi en première ligne.