Le ministère des Solidarités et de la Santé doit immédiatement répondre aux hospitaliers qui sont au front !

Communiqué de la FSPS par Services publics et de Santé

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
© HAMILTON/REA

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

Demain, un Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière est convoqué en mode dématérialisé... pour l’examen de textes sur le déplafonnement des heures supplémentaires !

La Fédération des Personnels des Services Publics et de Santé FO estime que sur l’organisation du temps de travail et la rémunération, l’urgence n’est pas de savoir combien d’heures les agents peuvent effectuer en plus !

Par contre, la Fédération FO SPS constate qu’en la matière, de nombreux directeurs dictent des règles différentes d’un établissement à l’autre, parfois confuses, non réglementaire et/ou intolérables pour des hospitaliers déjà à bout bien avant la crise. Les personnels, sans exception, méritent le soutien de leur direction et non des mesures en leur défaveur telles que, par exemple, organiser des astreintes déguisées, ou encore imposer la récupération des heures supplémentaires, RTT et congés en cas de baisse d’activité (sur des services non prioritaires), en cas de confinement et/ou contamination des agents, ou pour épuiser les droits des agents à repos dans la prévision d’un pic d’activité.

Dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent, la Fédération FO SPS continue de mettre toute la pression sur le Ministère pour qu’une instruction soit immédiatement publiée en direction des établissements pour :

 Arrêter de telles pratiques ;
 Définir clairement le positionnement statutaire des agents contaminés, et autres situations.

La Fédération FO SPS exige que le ministère publie immédiatement une instruction règlementaire avec :

 L’abrogation de la journée de carence ;
 L’octroi d’autorisations spéciales d’absences pour les personnels contaminés (et suspectés dans l’attente de résultats) ;
 Aucun abattement sur leur régime indemnitaire (prime de service, NBI, etc).

La Fédération FO SPS exige du ministère que tous les agents des établissements hospitaliers et médico-sociaux, les pompiers et ambulanciers soient équipés de tout le matériel nécessaire pour se protéger et protéger les autres !

Si la situation n’est pas à la surenchère, ni à la polémique stérile, il y aura un avant et un après Coronavirus et la Fédération exigera qu’un bilan soit fait et que les conséquences des politiques passées et en cours soient corrigées. Notre cahier revendicatif est, et reste, d’actualité.

Aujourd’hui, la Fédération demande, sans attendre, au ministère des Solidarités et de la Santé, moins de discours, mais plus d’actes et de moyens pour tous les personnels de nos établissements.

Services publics et de Santé Secrétaire général

Tous les articles du dossier

Chimie : grève pour une reconnaissance salariale chez le leader du sodium MSSA

Coronavirus / Covid19 par  Valérie Forgeront

En grève depuis le 17 avril à l’appel de FO, les salariés de la production de l’entreprise chimique MSSA, ex-Métaux spéciaux et n°1 mondial de la fabrication de sodium liquide, demandent que reprennent les négociations salariales et que le travail qu’ils n’ont cessé de fournir, malgré la crise, soit reconnu via une prime spécifique. Pour toute réponse, la direction de ce site, classé Seveso, tente de faire cesser la grève.

Dans le commerce, les salariés en première ligne

Coronavirus / Covid19 par Clarisse Josselin

Depuis le 14 mars à minuit, la grande majorité de commerces a baissé le rideau jusqu’à nouvel ordre, exception faite de l’alimentation, des pharmacies, des banques ou des stations-service, secteurs considérés comme essentiels à la vie du pays. Pour FO, les mesures mises en place pour maintenir l’activité (...)

Bâtiment, chimie, métallurgie… L’intérêt financier ne doit pas passer avant la santé

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

Alors que l’Italie a franchi un cap supplémentaire pour endiguer la propagation du Coronavirus en décidant le 23 mars l’arrêt de toute production qui ne serait pas « strictement nécessaire, cruciale et indispensable afin de garantir les biens et services essentiels », le gouvernement français semble décidé, lui, à faire tourner l’économie française le plus possible… Coûte que coûte ?