Le ministre Blanquer porte la responsabilité de la chienlit du bac 2021

Fédération FNEC-FP FO par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

© Fred MARVAUX/REA

Communiqué de la FNEC-FP-FO

Chacun s’accorde à dire que cette année scolaire fut très particulière. Profitant de la crise sanitaire, le ministre Blanquer a accentué la pression pour généraliser le contrôle continu. Il entretient de fait l’inégalité entre les lycées, entre les élèves. Quant aux conditions de passage des épreuves et de corrections elles sont inadmissibles.

Personne n’est dupe : M. Blanquer veut imposer par le chaos la transformation du Baccalauréat en examen totalement délivré en contrôle continu.

Les personnels ne l’acceptent pas et face à ce chaos, ils multiplient les prises de position et motions. Non seulement le ministre reste sourd aux revendications des enseignants et des personnels, mais il tente d’empêcher toute forme d’expression.

C’est ainsi que la Préfecture de Police de Paris vient de signifier que les personnels qui voulaient se rassembler cet après-midi devant le ministère viennent de recevoir un message leur indiquant que ce rassemblement était hors-délai.

On ne fera pas taire les personnels par de tels stratagèmes. Pour l’intérêt des élèves le bac doit rester national, les conditions de passage et d’obtention de ce diplôme, premier grade universitaire, ne peuvent être tripatouillées par la seule volonté d’un ministre, qui plus est isolé dans le pays.

• Maintien de la liberté d’expression et du droit de manifester
• Maintien du bac national, anonyme, premier grade universitaire
• Libre accès à l’Université de son choix
• Retrait de Parcoursup

Sur le même sujet

Éducation nationale : succès de la première mobilisation pour des recrutements immédiats

InFO militante par Evelyne Salamero, L’Info Militante

En grève nationale à l’appel de six organisations syndicales, dont FO, plusieurs milliers de personnels des écoles, collèges et lycées ont manifesté dans tout le pays pour obtenir des recrutements immédiats, alors que le protocole sanitaire élaboré par leur ministère est inapplicable tant les classes sont surchargées.