Economie

[Le Mot] : Don

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

© Marcel Kusch/ZUMA Press/ZUMA/REA

Une cession gratuite et sans contrepartie, tel est le don, du moins selon le dictionnaire, mais les très médiatiques gestes de grandes fortunes et entreprises destinés à contribuer au financement des travaux de la cathédrale Notre-Dame de Paris victime d’un incendie le 15 avril dernier, en ont fait apparaître une définition plus large et plus avantageuse pour les donateurs.

A Mécène qui mousse, Béotien qui trinque

En effet, aujourd’hui, surtout depuis 2003, grâce à la loi due à J.J. Aillagon (actuel directeur de la collection d’art Pinault) sur le mécénat (qui renvoie à Mécène, opulent personnage de l’époque romaine qui favorisa arts et lettres), de tels dons rapportent aux donateurs plus qu’une bonne conscience, via les dispositifs de défiscalisation. A tel point que, 300 millions d’euros de dons ayant déjà été annoncés comme versés, le rapporteur de la commission des Finances à l’Assemblée en était venu à appeler à freiner le mouvement, cette somme devant se traduire par 180 millions d’euros de réductions d’impôts à prélever sur les contribuables lambda.