Le poids des maux du choc de simplification

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

Les annonces du Président de la République faites devant le patronat suite aux propositions du « Conseil de simplification » s’inscrivent à nouveau dans un cadre libéral de dérèglementation.

Force Ouvrière dénonce l’absence de concertation sur les 50 nouvelles mesures décidées le 30 octobre, comme ce fut le cas pour les précédentes décisions du 14 avril 2014.

Pourtant, de nombreux sujets de « simplification » concernent directement les politiques sociales, la sécurité sociale, les services publics et les droits des salariés. Et la concrétisation de ces annonces s’effectue en général dans l’urgence par voie d’ordonnances.

Ainsi, la « simplification » de la feuille de paye a pour effet concret de rendre invisible les différents prélèvements de cotisations sociales en escamotant les diverses lignes s’y rapportant. Une trop forte simplification risque de rendre impossible pour les salariés le repérage et donc la contestation d’éventuelles erreurs. Et en matière de fiche de paye, c’est avant tout le montant final qui préoccupe les salariés…

Concernant la médecine du travail, et le transfert envisagé de la visite annuelle obligatoire vers le médecin traitant, de telles orientations sont inadmissibles : cette question a d’ailleurs déjà été débattue et rejetée en raison d’inadéquations évidentes entre les deux types de médecine. La médecine du travail est une spécialité à part entière et son désengorgement impose des recrutements et, en amont, davantage de prévention et l’amélioration continue des conditions de travail des salariés.

L’autorité indépendante de simplification, composée de patrons, évaluera l’impact des mesures votées sur les « charges » des entreprises. La légitimité d’une telle instance est contestable. Le Parlement se retrouvera-t-il de fait sous tutelle patronale ?

Force Ouvrière demande l’instauration d’un débat avant toute mise en œuvre de ces nouvelles annonces. Et à l’avenir toute nouvelle annonce devra faire l’objet d’une véritable concertation préalable.

Entre « simplisme et mystification », cette « simplification » très largement dogmatique vise essentiellement à justifier les économies budgétaires dictées par une politique d’austérité.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Barème des prud’hommes : réaction de Force Ouvrière

Communiqués de FO par Yves Veyrier, Frédéric Souillot, Secrétaire général de Force Ouvrière

La décision rendue ce jour par la Cour de cassation concernant le barème des indemnités prud’homales n’entame en rien le bien-fondé de la contestation portée par FO au regard de la convention 158 de l’OIT. FO renouvelle sa ferme opposition à ce barème impératif, destiné principalement à sécuriser les employeurs. Pour FO, la réparation doit, en toutes circonstances, être à la hauteur du préjudice réellement subi par le salarié et le juge doit pouvoir disposer d’une totale liberté pour fixer le montant des dommages et intérêts.

Pour la libération immédiate des syndicalistes biélorusses !

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

La Confédération Force Ouvrière (FO) a pris connaissance de l’arrestation et de la mise en détention le 19 avril 2022, d’au moins quatorze syndicalistes et leaders syndicaux biélorusses, notamment de la confédération biélorusse BKDP – dont son président Aliaksandr Yarashuk et vice-président Siarhei Antusevich - affiliée à la Confédération Syndicale Internationale (CSI), et de plusieurs de ses fédérations.