« Le Président de la République le dit de manière détournée : il faudra cotiser plus, donc en réalité, travailler plus longtemps. »

France Info - le 04 octobre 2019 par Yves Veyrier

Yves Veyrier était en direct sur France Info à 6h40 dans le 5/7 de Lucie Barbarin pour réagir au débat sur la réforme des retraites hier à Rodez, entre le Président de la République et 500 citoyens.

L’âge légal de départ à la retraite ne bougera pas, 62 ans, confirmait hier soir, Emmanuel Macron. En revanche, sur le reste c’est encore assez flou. Rien n’est encore décidé, le chef de l’état laisse le débat ouvert, ça vous rassure ?

« Pas du tout, parce ce qui est décidé, il le dit de manière détournée, il faudra cotiser plus, donc en réalité, il faudra travailler plus longtemps. Nous avons bien compris que l’objectif est de faire en sorte que les retraites coûtent moins cher, ou en tout cas, pas plus cher à l’avenir. On n’a pas eu de nouveauté. Hier, le Président a égrené les préconisations du rapport Delevoye. Je note au passage qu’il utilise son expression favorite « c’est de la pipe » quand il parle des simulations qui montrent que beaucoup risquent d’y perdre dans cette affaire. »

Il dit lui-même que pour l’instant rien n’est acté, donc ces simulateurs sont forcément faux.

« Le Haut commissaire lui-même a fait des simulations dans son propre rapport avec un niveau de valeur du point, un taux de remplacement, enfin de rapport du point, de rendement du point. Et c’est sur cette base là que les simulations ont été faites. Si on ne peut pas faire confiance à ce que le Haut Commissaire nous indique, comment faire confiance aux garanties qu’on essaye de nous donner face aux inquiétudes qui montent de plus en plus. Hier, on a entendu à nouveau, décliner les mêmes préconisations, ce sont exactement celles qui nous avaient amenés à expliquer les raisons pour lesquelles nous étions opposés à un régime unique par points. »

Il dit aussi qu’il veut préserver le niveau de vie des retraités, qu’il ne soit pas dégradé, qu’il soit même amélioré, qu’il faut garder le principe de solidarité ?

« Le système de retraite actuel permet tout cela, il a conduit d’ailleurs à cela. Le Premier ministre disait lui-même, le niveau de vie, le pouvoir d’achat des retraités est en moyenne supérieur à celui de l’ensemble de la population. Le problème n’est pas celui du système des retraites. D’ailleurs, je note que le Président a été amené à répondre à des questions que nous avions soulevées : l’emploi des seniors, les carrières hachées, les bas salaires, le sens du travail, le mal être au travail... Mais ça ce n’est pas le système des retraites, c’est de la responsabilité des gouvernements et des politiques économiques. N’oublions pas qu’aujourd’hui, nous avons 140 milliards d’euros d’aides publiques aux entreprises, peut-être faudrait-il regarder de ce côté là avant de remplacer, de supprimer l’existant, qui encore une fois, le Premier ministre nous le disait, nous est envié. »

Force Ouvrière s’est mobilisée. Vous ne vouliez plus discuter avec le Monsieur Retraite du gouvernement, Jean-Paul Delevoye ? Vous êtes reçus à l’Elysée encore ou pas ?

« Je n’ai pas dit que je ne voulais plus discuter avec le gouvernement, au contraire nous avons des revendications. Ce que nous ne voulons pas c’est être contraint à discuter dans un cadre qui nous est imposé. Nous allons aller porter nos revendications, justement sur la question de l’emploi des seniors. Il y a un rapport du Sénat paru hier qui a confirmé ce que nous disons, nous pensons par exemple, qu’il faudrait imposer une obligation légale de maintien dans l’emploi au-delà de 53 ans. Pourquoi ne pas réfléchir à une cotisation pour les jeunes demandeurs d’emploi, en formation, en stage, en apprentissage ? Nous avons besoin d’abonder le fond de solidarité vieillesse, pour justement faire en sorte que les femmes qui subissent plus les carrières hachées, les interruptions de carrières, les petits salaires... ne soient pas pénalisées au moment de la retraite. Tout cela nous allons le porter au niveau du gouvernement, mais nous n’avons pas de raison de supprimer le régime existant, le système de retraite actuel. »

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Assemblée générale de l’UDR FO de la Manche

Retraite par Union Confédérale des Retraités-FO

Soixante camarades ont participé le 17 octobre 2019 à la 12e Assemblée Générale de l’UDR FO de la Manche.
Nous remercions nos invités, Didier Hotte, Secrétaire général-adjoint de l’UCR, Yann Perrotte, Secrétaire-général de l’UD de la Manche, et Sandrine Gamblin, Secrétaire générale-adjointe de l’UD de la (...)

Retraites : bataille de communication en vue

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Le fait que le président de La République juge nécessaire de s’investir lui-même sur le dossier des retraites, indique que malgré près de deux ans de concertations, conduites par le Haut-Commissaire, avec les organisations syndicales, y compris citoyennes par le biais de plateformes et ateliers participatifs, le gouvernement est loin d’avoir convaincu.