Le Tour est-il toujours arrivé sur les Champs-Élysées ?

Le Tour en questions

Article publié dans le cadre de la campagne Tour de France 2015

Eh non ! Si le Tour de France s’est toujours achevé, depuis 1903, à Paris, ce n’est qu’en 1975 qu’il a tracé son ultime ligne d’arrivée sur les Champs-Élysées, pour ne plus déménager ensuite. Pendant plus d’un demi-siècle, c’est sur l’ancien vélodrome du Parc des Princes que la Grande Boucle se terminait. Car longtemps, les arrivées du Tour de France, à Paris comme ailleurs, se tenaient presque exclusivement dans des vélodromes à ciel ouvert. Mais à l’été 1967, la piste cyclable du Parc des Princes est détruite. Le Tour se réfugie alors, dès l’année suivante, dans un autre vélodrome parisien, la Cipale, au bois de Vincennes. Seulement sept étapes y arrivent (dont quatre remportées par le Cannibale Eddy Merckx !), entre 1968 et 1974, avant, donc, que la Grande Boucle ne fasse de la plus belle avenue du monde son théâtre final.

Plus dans la campagne Tour de France 2015
Tous les articles de la campagne

Combien gagne le vainqueur du Tour de France ?

Le Tour en questions

En trois semaines, ce ne sont pas moins de 2 millions d’euros qu’ASO, l’organisateur du Tour de France, distribue aux coureurs du Tour de France. À chaque sprint intermédiaire, à chaque ascension répertoriée au classement de la montagne, à chaque arrivée d’étape, des primes sont accordées selon des (...)

Le Tour Focus : Ça bosse dur

Tour de France 2015

Mur de Huy, Mûr-de-Bretagne, Mende ou encore Plumelec : jamais le Tour n’avait proposé autant d’arrivées au sommet de courtes côtes que sur cette édition 2015. Un choix délibéré de l’organisateur pour diversifier et dynamiser la course.
C’est une petite révolution, en tout cas une sacrée évolution. Le (...)

Vincenzo Nibali | Le doublé est-il possible ?

Les quatre favoris du Tour

Peut-on gagner le Tour deux fois de suite ? Au palmarès de la Grande Boucle, il faut remonter vingt ans en arrière pour voir le même nom deux lignes de suite – en l’occurrence, cinq, Miguel Indurain ayant régné sans partage de 1991 à 1995. C’est dire le défi qui attend Vincenzo Nibali au départ de ce (...)