Le Tour et sa logistique | Derrière les coureurs...

Tour de France 2015

Article publié dans le cadre de la campagne Tour de France 2015

© Equipe AG2R LA MONDIALE/Yves Perret


Chaque équipe qui participe au Tour de France y aligne neuf coureurs. Mais pour qu’ils puissent pleinement s’exprimer sur la course, sans perdre d’énergie inutilement, ceux-ci bénéficient de l’attention permanente d’un staff nombreux. Ces « hommes de l’ombre » se font voler la vedette par leurs coureurs, mais ils sont essentiels dans l’élaboration de chaque victoire. Qui sont-ils ? Exemple concret avec l’équipe AG2R La Mondiale, qui met pas moins d’une vingtaine de personnes au service de ses neufs coureurs.


Le sportif (4 personnes)
C’est évidemment le premier domaine auquel on pense. Sur son vélo, en plein Tour de France, un coureur n’est pas seul : il a évidemment ses coéquipiers mais aussi une oreillette, qui le relie directement aux deux voitures de l’équipe, placées juste derrière le peloton. Au volant, on y retrouve deux directeurs sportifs. Leur rôle est de diriger leurs coureurs, à la manière d’un entraîneur d’une équipe de football, mais aussi de leur donner des informations pratiques : qui s’est échappé, qui vient d’attaquer, quels pièges éviter dans les prochains kilomètres, etc. Un troisième directeur sportif est également en relation directe avec les deux autres, mais en dehors de la course : il la re - garde à la télévision, ce qui lui permet d’avoir un regard différent, parfois utile pour mieux analyser une situation ou prendre une décision rapide. Enfin, pour chaque contre-la-montre, un entraîneur de l’équipe AG2R La Mondiale vient en plus, la veille et le jour de l’étape, afin que les coureurs puissent préparer au mieux cet exercice spécifique.


Le bus (1 personne)
C’est un lieu devenu essentiel pour toutes les équipes. Les bus des équipes professionnelles ne servent plus seulement à faire les trajets de l’hôtel au lieu du départ, puis de l’arrivée à l’hôtel. Ces dernières an nées, ils sont devenus de plus en plus grands, de plus en plus confortables, de mieux en mieux équipés pour apporter aux coureurs un maximum de quiétude avant et après la course. Avant le départ, c’est là que les coureurs finissent de se vêtir puis assistent au briefing de leur directeur sportif. Après l’arrivée, c’est là qu’ils trouvent un premier lieu d’isolement pour pouvoir se doucher, se changer, se reposer. Au volant, le chauffeur est souvent complice avec ceux qu’il transporte. Pendant l’étape, il assure la préparation des collations préférées des coureurs, afin que ceux-ci ne manquent de rien à leur retour.


La mécanique (5 personnes)
On ne les voit jamais, et pourtant : qui pourrait gagner le Tour de France sans un bon vélo ? L’équipe AG2R La Mondiale mobilise pas moins de quatre mécaniciens sur la Grande Boucle. Leur job : préparer les vélos des coureurs, les réparer et les entretenir après chaque étape, et transporter le matériel. Pendant la course ils sont également présents dans les deux voitures des directeurs sportifs, prêts à bondir au premier pépin venu (crevaison, chute, saut de chaîne, etc.). Un représentant de la marque de cycles utilisée par l’équipe passe également trois à cinq jours sur le Tour, afin de vérifier si le matériel utilisé est adéquat et en bon état.


Les soins (8 personnes)
Trois semaines de course, c’est long, très long. Dans ces conditions, la récupération joue un rôle essentiel. Tous les coureurs bénéficient ainsi chaque soir d’un massage, grâce à la présence de trois kinésithérapeutes et de trois assistants masseurs. Des personnes en réalité multitâches. Les kinés mettent également au point des thérapies de récupération, tandis que les assistants-masseurs sont chargés de préparer les bidons et les ravitaillements que les coureurs consommeront pendant la course. Enfin, ces six personnes doivent aussi préparer l’accueil à l’hôtel avant l’arrivée de l’équipe : répartition des affaires dans les chambres, vérification des menus des repas des coureurs, etc. Enfin, afin d’assurer le suivi médical, essentiel sur une course aussi longue, AG2R La Mondiale dispose également d’un médecin et d’un ostéopathe tout au long des trois semaines de la course.


Les relations extérieures (3 personnes)
Médias, sponsors, invités, marketing : à mesure que la professionnalisation du sport en général – et du cyclisme en particulier – s’accentue, les relations extérieures sont devenues essentielles pour toute équipe. Trois personnes s’y consacrent à temps plein sur le Tour pour AG2R La Mondiale. Un attaché de presse est ainsi chargé des relations avec les différents médias, afin notamment que les coureurs ne soient pas sollicités en permanence. Enfin, un chargé de communication et un chargé de relations publiques s’occupent des invités de l’équipe et de ses sponsors – dont les principaux suivent la course à bord des voitures des directeurs sportifs – avant, pendant et après la course.

Plus dans la campagne Tour de France 2015
Tous les articles de la campagne

Le Tour de A à Z : Rayons X

Tour de France 2015

Le dopage peut être mécanique… Des rumeurs de vélos disposant d’un « moteur », capable de conserver une haute vitesse pendant quelques minutes, ont conduit l’UCI à réagir. La fédération internationale a ainsi mis au point un scanner à rayons X qui met à nu les bécanes des coureurs à l’arrivée de certaines (...)

Le Tour de A à Z : Digne-les-Bains

Tour de France 2015

Au lendemain de la deuxième journée de repos, la troisième et dernière semaine du Tour démarre à Digne-les-Bains pour une première journée alpestre. Des quatre journées prévues dans les Alpes, cette 17e étape est probablement la moins difficile, ce qui ne veut pas pour autant dire qu’elle est facile… Si (...)

Le Tour de A à Z : Glandon

Tour de France 2015

Du haut de ses 1924 mètres, le col du Glandon est l’un des plus hauts sommets de ce Tour 2015. C’est aussi la principale difficulté de la 18e étape, la deuxième disputée dans les Alpes, qui mène les coureurs de Gap à Saint- Jean-de-Maurienne. Long de plus de vingt bornes, le Glandon propose une pente (...)