Le Tour et ses équipes : les vingt-deux équipes

Tour de France 2015

Article publié dans le cadre de la campagne Tour de France 2015

Romain Bardet (blanc), Vicenzo Nibali (jaune), Peter Sagan (vert) et Joaquim Rodriguez (pois), les quatre maillots distinctifs du Tour au départ de l’étape

AG2R LA MONDIALE
Dauphin de Vincenzo Nibali l’an dernier, Jean-Christophe Peraud aura bien du mal à rééditer pareille performance, d’autant plus que le parcours l’avantage moins et qu’il a quand même 38 ans. Il formera en tout cas le même duo que l’an dernier avec son cadet de 14ans, Romain Bardet, qui avait pris lui la sixième place finale. Le reste de l’équipe sera à leur service, à commencer par Alexis Vuillermoz, excellent grimpeur.


ASTANA
Toute l’équipe sera bien sûr articulée autour du tenant du titre, Vincenzo Nibali, qui tentera de rééditer son succès autoritaire de l’an dernier. L’Italien pourra compter sur la même garde rapprochée qu’en 2014 : Lieuwe Westra dans la plaine, ainsi que le nouveau venu Lars Boom, et le duo Jakob Fuglsang - Michele Scarponi pour la montagne.


BMC
Cinquième l’an dernier, l’Américain Tejay van Garderen sera à nouveau le leader pour le général. Le reste de l’équipe l’épaulera et fera la chasse aux étapes : Greg van Avermaet et Daniel Oss peuvent se régaler en première semaine, Samuel Sanchez sur une étape de montagne. Attention aussi à ce collectif sur le chrono par équipes.


BORA
Conviée par les organisateurs, l’équipe allemande tentera de faire honneur à son carton d’invitation. Les expérimentés Bartosz Hu zarski, Jan Barta et José Mendes peuvent espérer gagner une étape en baroudeur. Quant à l’Irlandais Sam Bennett, il sera à surveiller dans les sprints.


BRETAGNE
Elle aussi invitée, la formation bretonne voudra animer le Tour, comme l’an dernier, en espérant cette fois glaner une victoire. Son grimpeur argentin Eduardo Sepulveda peut l’y aider, de même que Brice Feillu ou Pierrick Fédrigo, qui ont déjà levé les bras sur la Grande Boucle.


CANNONDALE GARMIN
Avec Dan Martin, vainqueur d’étape en 2013, et Andrew Talansky, lauréat du Dauphiné 2014, la formation américaine dispose de deux sérieux atouts pour la haute montagne, et donc pour le classement général. Le reste de l’équipe sera au service de ces deux-là et tentera, le reste du temps, de se glisser dans les bons coups.


COFIDIS
Bénéficiaire d’une invitation, la formation nordiste cherchera à tout prix à gagner une ou plusieurs étapes avec son sprinteur maison, recruté à prix d’or cet hiver, Nacer Bouhanni. L’essentiel de l’équipe sera au service du Vosgien, qui a déjà levé les bras sur le Giro et la Vuelta, mais jamais sur le Tour. Seul l’Espagnol Daniel Navarro, neuvième du Tour 2013, devrait avoir sa liberté.


ETIXX
Comme souvent, la formation belge aura de nombreux atouts à faire valoir. Mark Cavendish sera évidemment l’un des favoris à chaque sprint. Tony Martin visera les chronos et de longs barouds dont il a le secret ; Zdenek Stybar sera lui à surveiller la première semaine, sur les étapes vallonnées comme sur celle des pavés. Enfin, pour la montagne et le général, Etixx dispose de deux cartes majeures avec Rigoberto Uran et le champion du monde Michal Kwiatkowski.


EUROPCAR
La formation vendéenne aura comme toujours l’ambition d’être l’une des grandes animatrices des trois semaines de course. Avec Pierre Rolland en leader pour le général, épaulé par Romain Sicard, mais aussi Thomas Voeckler et Cyril Gautier en chasseurs d’étapes et Bryan Coquard pour le sprints, Europcar est solidement armée pour faire parler d’elle.


FDJ
Troisième du Tour 2014, Thibaut Pinot revient pour faire au moins aussi bien, même si ce sera difficile. Le Franc- Comtois pourra compter sur le soutien d’une bonne partie de son équipe, dont le Suisse Steve Morabito, recruté dans ce but à l’intersaison. Arnaud Démare sera lui candidat à la victoire sur les sprints massifs...


GIANT
Connue pour sa force au sprint, Giant mettra encore l’accent sur ce domaine avec sa redoutable doublette de sprinteurs allemands, Marcel Kittel - John Degenkolb, qu’il faudra surveiller sur chaque étape ou presque en dehors de la haute montagne. Un terrain où le relais sera pris par le Français Warren Barguil, extrêmement prometteur.


IAM
L’équipe suisse visera avant tout des victoires d’étapes : en haute montagne avec son grimpeur maison Mathias Frank, qui peut aussi viser le général, et sur des terrains moins difficiles avec un autre Suisse, Martin Elmiger, ou le Français Sylvain Chavanel, un grand habitué du Tour..


KATUSHA
La formation russe aura deux leaders majeurs : le grimpeur espagnol Joaquin Rodriguez pour le classement général, et donc la haute montagne, mais aussi les arrivées en bosse, comme celles de Huy ou de Mende ; et le redoutable sprinteur norvégien Alexander Kristoff, à surveiller aussi sur les pavés.


LAMPRE
L’ancien champion du monde Rui Faria da Costa sera l’atout majeur de la Lampre. Le Portugais peut viser un bon général et une victoire d’étape en montagne. À suivre aussi, Sacha Modolo au sprint.


LOTTO NL
Avec Wilco Kelderman, Laurens ten Dam et Robert Gesink, la formation néerlandaise dispose d’une belle brochette de grimpeurs, tous capables de briller dans les cols et au général. Sep Vanmarcke sera lui l’un des principaux clients pour l’étape pavée.


LOTTO-SOUDAL
Vainqueur d’étape et maillot jaune un jour sur le Tour 2014, Tony Gallopin tentera de faire aussi bien dans un rôle, à nouveau, d’électron libre. L’équipe belge comptera sinon sur son sprinteur allemand André Greipel, ainsi que sur son grimpeur maison, Tim Wellens.


MOVISTAR
Toute l’équipe, même Alejandro Valverde, quatrième du Tour l’an dernier, sera au service de Nairo Quintana, l’un des grands favoris pour la victoire finale, deuxième en 2013 et vainqueur du Giro l’an passé.


MTN-QHUBEKA
Invitée, l’équipe sud-africaine tentera de briller sur tous les terrains : en montagne avec le Sud-Africain Louis Meintjes ou l’Érythréen Merhawi Kudus ; ou au sprint, avec le Norvégien Edvald Boasson Hagen ou le Néerlandais Theo Bos. Une équipe cosmopolite !


ORICA
Le collectif australien sera l’un des grands favoris pour le chrono par équipes. Au rayon des individualités, les jumeaux britanniques Adamet Simon Yates seront à surveiller de très près sur les parcours accidentés et en montagne. Les pointes de vitesse des Australiens Simon Gerrans et Michael Matthews peuvent également rapporter gros.


TEAM SKY
Après son abandon prématuré de l’an dernier, Chris Froome, le vainqueur du Tour 2013, repart à la chasse du doublé. À ses côtés, comme toujours, une armada de grimpeurs : Richie Porte, Mikel Nieve, Wout Poels, Nicolas Roche, Geraint Thomas... Impressionnant.


TINKOFF-SAXO
L’équipe sera axée autour d’Alberto Contador, qui court en vain depuis 2009 après un troisième succès sur la Grande Boucle. L’Espagnol pourra notamment compter sur l’appui du maillot à pois 2014, Rafal Majka. En dehors de la haute montagne, Peter Sagan sera à surveiller sur chaque étape : le Slovaque vise un quatrième maillot vert de rang.


TREK
Un peu de renouvellement au sein de la formation américaine : aux côtés des « vieux » Haimar Zubeldia et Frank Schleck, en net déclin, Julian Arredondo aura carte blanche dans les Alpes et les Pyrénées, et Bauke Mollema sera le leader désigné pour le général. Une équipe résolument tournée vers la montagne.


Plus dans la campagne Tour de France 2015
Tous les articles de la campagne

Rodez, ville étape

Tour de France 2015

Lors du passage du Tour de France à Rodez, le 17 juillet, l’Union départementale FO d’Aveyron tenu un stand le samedi 18 juillet sur le parcours.

Combien gagne le vainqueur du Tour de France ?

Le Tour en questions

En trois semaines, ce ne sont pas moins de 2 millions d’euros qu’ASO, l’organisateur du Tour de France, distribue aux coureurs du Tour de France. À chaque sprint intermédiaire, à chaque ascension répertoriée au classement de la montagne, à chaque arrivée d’étape, des primes sont accordées selon des (...)

Y a-t-il des bonifications sur le Tour 2015

Le Tour en questions

Oui ! Elles font leur grand retour après plusieurs années d’absence. En 2008, ASO avait décidé de supprimer les bonifications en temps à l’arrivée des étapes et aux sprints intermédiaires. Pour cette édition 2015, l’organisateur fait machine arrière. Un temps annoncé pour les seules étapes de plat, le (...)