Le travail, terrain privilégié des discriminations

Toute l’actualité par Nadia Djabali

InFOgraphie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Une fois n’est pas coutume, faisons appel à Coluche pour illustrer notre propos. Il y aura des hommes blancs, des hommes noirs, des hommes jaunes, des hommes grands, des hommes petits, des hommes beaux, des hommes moches et tous seront égaux, mais ce sera pas facile ! […] Y en a même qui seront noirs, petits et moches et pour eux ça sera très dur ! Cette citation pourrait être un bon résumé de l’état des discriminations dans le monde professionnel, si l’humoriste n’avait pas oublié une catégorie pour qui c’est encore plus dur : les femmes africaines, arabes ou asiatiques âgées de 18 à 44 ans, donc concernées par une maternité éventuelle.

C’est l’un des constats du 10e baromètre sur la perception des discriminations dans l’emploi, copiloté par le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail (OIT). Toutes catégories confondues, les femmes actives âgées de 18 à 44 ans concentrent un taux global de discrimination de 46 %. Le taux monte à 53 % pour celles qui sont âgées de 18 à 34 ans, et il bondit à 65 % pour celles classées dans la catégorie des extra-européennes.

Risques démultipliés en cas de cumul

Deux autres groupes sociaux sont particulièrement la cible des discriminations dans l’emploi : les jeunes hommes de 18 à 34 ans d’origine extra-européenne et les femmes en situation de handicap. Une personne sur deux a eu une expérience allant dans ce sens.

Autre constat, le monde du travail apparaît dans le top 3 des milieux les plus discriminants, juste derrière les contrôles de police et devant la recherche d’un logement, notamment pour ceux qui sont à la recherche d’un emploi.

Pour preuve, la moitié des 5 200 réclamations reçues en 2016 par le Défenseur des droits Jacques Toubon concernent l’emploi. L’origine, le handicap et l’état de santé étant les trois premiers motifs de saisine. Et le taux de non-recours est particulièrement élevé : seulement une personne sur dix engage des démarches lorsqu’elle s’estime discriminée à l’embauche et une sur quatre lorsqu’elle constate que sa carrière piétine pour causes discriminatoires.

Le baromètre a retenu six critères discriminatoires : l’âge, le sexe, la grossesse ou la maternité, l’origine ou la couleur de peau, les convictions religieuses et le handicap ou l’état de santé. Et lorsqu’une personne cumule les critères, les risques et expériences de discrimination sont démultipliés. Le groupe social le moins concerné est celui des hommes « blancs » âgés de 35 à 44 ans et ayant des enfants de plus de 6 ans. 

Nadia Djabali Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Égalité réelle au travail : il y a encore du boulot

Toute l’actualité par Nadia Djabali

Un tiers de la population active déclare avoir subi des discriminations au cours des cinq dernières années, sur son lieu de travail ou lors d’entretiens d’embauche. Premières victimes : les femmes, les jeunes, les immigrés et les handicapés.

2015, il n’y en a que pour les femmes !

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

2015, c’est l’année de la Femme, elles sont à la fête et comme chaque année, il y a la fameuse journée de la Femme.
Non seulement, des discours démagogiques vont pleuvoir toute la journée du 8 mars, remplis de bonnes intentions et de promesses qui nous permettront d’attendre le 8 mars 2016 pour (...)

Journée mondiale de la Femme – Focus sur la Convention d’Istanbul

International par Secteur Europe - International

À l’occasion de la journée internationale de la Femme le 8 mars prochain, retour sur la Convention internationale du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, ou plus communément appelé Convention d’Istanbul, en passe d’être ratifiée par l’Union Européenne et sur les actions au niveau européen et international dans le cadre de cette journée.